Quoi de neuf ?

Pourquoi les chiites accusent-ils 'Omar d'avoir comploté contre le Prophète le fameux jeudi ?

Adil

Membre
Membre
Membre
bismillah.png

Pour rappel, les livres les plus authentiques du chiisme mais aussi du sunnisme tel que Boukhari et Mouslim, rapportent que vers la fin de sa vie, alors que les Messager d'ALLAH était souffrant, ce dernier demanda aux gens présents de lui apporter de quoi écrire un dernier message qui empêcherait les musulmans de s'égarer après sa mort. 'Omar ibn Khattab s'interposa et interdit qu'on obéisse au Prophète de Dieu.

Le célèbre et sage compagnon du Prophète Ibn Abbas relate :

«"C'était un jeudi, et quel jeudi ! Le Messager d'Allah était très malade, il déclara : "Approchez-vous, Je veux vous écrire un message qui vous protégera de l'égarement et de la déviation." - Omar a dit : " Le Prophète est trop souffrant et il nous suffit de lire le Coran, le Livre de Dieu ! " - Les Compagnons se divisèrent en grandes querelles. Les uns disaient "Qu'il nous écrive son message qui évitera l'égarement ! D'autres se rangeaient aux côtés de Omar. " - Lorsque leurs voix s'élevèrent du fait de leurs querelles et leurs divergences, le Prophète dit : " Allez-vous en! Sortez de chez moi ". - Ibn-Abbas qui rapportait cette histoire, pleurait et disait :" La plus grande calamité et le plus grand malheur se sont produits ce jour-là, car le Prophète a été empêché d'écrire ce qu'il voulait."» Sahih Al-Boukhari Volume I Page 37 et Volume 5 Page 138, Mousnad Ahmed Volume 1 Page 355 et Volume 5 Page 116, Tarikh Tabari Volume 3 Page 193, Tarikh ibn-athir Volume 2 page 320, Etc.

« Ibn abbas rapporte: "Quand le prophète fut à l'agonie, parmi ceux présents se trouvaient Omar ibn al khattab. Le prophète s.a.s dit: "Qu'on fasses écrire un texte, de manière que si vous le suivez(le texte), vous ne serez jamais égarés." Omar dit alors aux hommes: "Le prophète éprouve une douleur immense (délire). Vous avez le Coran et il nous suffit." Une discussion s'engagea entre ceux qui disaient qu'il fallait obéir au prophète et ceux qui étaient de l'avis d'Omar. Le prophète entendant leur discussion dit de s'en aller. Ibn abbas, conclut et dit: "Le malheur, le plus grand malheur fut que cette dispute empêcha le prophète de leur faire écrire ce texte." » Sahih Mouslim Hadith 22/1637

Certains parmi nos frères sunnites voudraient expliquer l'attitude d'Omar ibn Khattab par le désire de ménager le Prophète de Dieu alors souffrant.

Les questions qui se posent alors sont :
  1. Est-ce que le fait que le Messager de Dieu soit souffrant suffit pour qu’on ne doive plus obéir à ses ordres directs ?,
  2. Nos chers frères qui fournissent cette explication auraient-ils choisi eux-mêmes de ménager le Prophète en lui désobéissant et en imposant par la force le reste de l'assemblée, y compris ses épouses, l'interdiction de lui obéir ? ALLAH dit dans le Coran : « Celui qui obéit au Prophète obéit en fait à Dieu. Quant à ceux qui se détournent de toi, Nous ne t'avons pas envoyé pour assurer leur sauvegarde. » (Sourate 16, verset 43-44)
La réponse est évidente pour chaque musulman objectif professant l'attestation de foi qui implique un devoir absolu à une obéissance parfaite et sans réserve à Dieu et à Son Messager. Refuser un ordre du Prophète revient clairement, selon le Coran lui-même, à désobéir à ALLAH quelles que soient les circonstances. Quand bien même le Prophète était souffrant, ALLAH, le Puissant et l'Omniscient aurait-Il permis au Prophète la moindre faiblesse pouvant risquer d'induire en erreur l'ensemble de la communauté ?

La vérité est qu'Omar ibn Khattab n'avait aucun droit de s'interposer à un ordre direct du Messager d'ALLAH, quelques soient les circonstances.

Retenons que suite à cette désobéissance outrageuse, le Messager d'ALLAH se mit même en colère et expulsa de sa demeure ses compagnons en les sermonnant, plutôt que de louer l'attitude "protectrice" d'Omar à l'égard du prophète. Retenons aussi que le célébré compagnon Ibn Abbas a déclaré que : « La plus grande calamité et le plus grand malheur se sont produits ce jour-là, car le Prophète a été empêché d'écrire ce qu'il voulait. ».

Voyons maintenant le récit des Historiens selon les références "sunnites" tels que Ibn Khaldûn, Al-Tabarî, Abu-Fidâ' sur cet événement :

« Le Jeudi précédant sa mort, et alors que beaucoup de ses principaux Compagnons étaient présents dans la chambre, le Prophète, étendu sur son lit, demanda qu'on lui apportât ce qu'il fallait pour écrire quelque chose: « Apportez-moi du papier et de l'encre afin que je puisse consigner pour vous un document qui vous évitera de retomber dans l'erreur ».

'Omar s'interposa immédiatement ainsi: « L'homme est en délire. Le Livre de Dieu nous suffit ».

Quelques-uns parmi l'assistance dirent qu'il fallait apporter le nécessaire pour écrire; d'autres se rangèrent du côté de 'Omar. La discussion s'anima et des voix s'élevèrent très haut pour contrarier le Prophète. Les dames derrière les rideaux voulurent fournir le matériel de l'écriture mais 'Omar les rabroua: « Silence! dit-il. Vous êtes comme les femmes de l'histoire de Joseph. Lorsque votre maître tombe malade, vous fondez en larmes et dès qu'il va un peu mieux, vous vous mettez à faire des taquineries ».

Ayant entendu ces propos, le Prophète dit: « Ne les grondez pas: elles valent sûrement beaucoup mieux que vous cependant ». Ensuite quelques personnes se mirent à demander au Prophète ce qu'il désirait enregistrer.

Mais le Prophète récita sur un ton de colère le verset 2 de la sourate al-Hujurât ( « Ô vous les croyants! N'élevez pas la voix au-dessus de celle du Prophète. Ne lui adressez pas la parole d voix haute, comme vous le faites entre vous, de crainte que vos oeuvres ne soient vaines, sans que vous vous en doutiez » ). Et dit: « Allez-vous en ! Laissez-moi seul! Car ma condition présente est meilleure que celle à laquelle vous m'appelez ».

Ibn 'Abbâs se lamenta sur l'irréparable perte subie par les Musulmans ce Jeudi, par suite de l'empêchement du Prophète d'écrire ce qu'il voulait pour la guidance de ses adeptes. Se rappelant cet événement, il pleura jusqu'à ce que ses joues et sa barbe fussent mouillées par ses larmes. »

  • Il n'y a plus de doute sur la question, Omar ibn Khattab à clairement désobéi à tous les préceptes religieux en refusant d'obéir au Messager d'ALLAH et donc à ALLAH. Le Messager d'ALLAH lui-même le désavouera publiquement en exigeant qu'il sorte avec le reste de l'assemblée et Ibn Abbas qualifiera, en larmes, ce jour funeste comme celui d'une grande calamité et d'un grand malheur pour la communauté.
  • La question qui se pose à la lumière de toutes ses informations est de quoi Omar avait-il si peur pour s'opposer ainsi à un ordre du Messager d'ALLAH ? Que refusait-il que le Messager d'ALLAH écrive et qui aurait pourtant empêché l'égarement au sein des musulmans ? Avait-il peur que ce message ait un rapport avec le sermon de Ghadir Khoum et qui compliquait les plans d'Omar et d'Abou Bakr prévus à Saqifa ?
  • Mais la question la plus importante serait pour moi de savoir, pourquoi tant de musulmans parmi les sunnites préfèrent-ils encore aujourd'hui soutenir Omar dans sa décision de désobéissance, plutôt que de soutenir leur Prophète ?
 
Dernière édition par un modérateur:
Haut