Quoi de neuf ?

Notre rapport à l’Islam (3) : « critique contre-productive», mode d’emploi pour débutant ».

Sasori

Membre
Membre
Salam alékoum,

Extraits : "Comme nous pouvions l’envisager, le brusque changement de paradigme d’un certain nombre de musulmans après la médiatisation de Daesh a encouragé une quantité considérable de personnes (ex musulmans en général) à s’en prendre à un concept abstrait en le confinant à ce qu’on en fait les gardiens de l’orthodoxie. Cette attitude paradoxale est le fer de lance des extrémistes des deux côtés (pro et anti islam). Et comme vous allez le constater par vous-même, cette stratégie est d’une facilité telle qu’elle est à portée de tout individu ayant un minimum d’intérêt là-dedans. Elle se révélera également la meilleure manière de perdre son temps, son énergie et de s’enliser dans des rapports contre-productifs.
Cet article conclura cette grande partie intitulée « Notre rapport à X ».

Rappel indispensable de l’article précédent :

ISLAM : concept abstrait en relation directe avec la transcendance (l’Unité, la Source è LE Dieu qui englobe toutes les valeurs « positives » universelles que le croyant connaît/reconnaît de manière abstraite.
islam(s) : courant, école religieuse concrète élaborée par des individus (faisant office de figure d’autorité) voulant se rapprocher de l’ISLAM avec les seuls moyens dont ils/elles disposent (leur grille de lecture conceptuelle, leurs filtres neurologiques, etc.). Ce sont les islams qui vont donner des explications concrètes sur les valeurs qu’englobe l’ISLAM sur base de leurs méthodologies respectives."

"Cet anachronisme évident ne pourrait que difficilement perdurer si une spécificité liée à l’historicité de l’Islam, de l’élaboration des différents islams et de leurs adeptes, n’avait pas engendré les trois grandes conséquences suivantes :

– Une victoire écrasante d’une orthodoxie et d’une vision de la transcendance se référant principalement à une orientation « PASSÉ » sur les différents islams minoritaires de ces mêmes époques.
– Une civilisation qui a périclité avant de se dissocier du religieux et du « Mythe » de l’âge d’Or.
– Une majorité de musulmans ayant une connaissance basique de leur religion et programmée pour se référer au « PASSÉ ».

Une aubaine pour tous ces youtubeurs et/ou militants de la généralisation abusive qui trouveront toujours des exemples de musulmans, qui par leur définitions de leur islam, illustreront (par leur comportement) cet état de fait.

C’est à peu près ce que fait un prédicateur d’obédience salafiste. Sauf que lui, étant dans une orientation référentielle située dans le « PASSÉ», il partira du postulat que toutes les évolutions sont forcément une dégradation de ce qui se faisait « avant ».

Sachant cela, ils peuvent également s’inspirer des vidéos de ces prédicateurs pour s’alimenter en informations et reproduire leur travail dans le sens inverse. Étant dans une orientation référentielle située dans le « FUTUR », tout ce qui serait perçu comme contraire au progrès démontrerait de facto le caractère obscurantiste de ces discours.

Sauf que, ceux dont nous parlons ne vont pas s’attaquer au discours en lui-même mais vont l’englober dans le concept « Islam »."

"Ainsi, au risque d’être redondant, j’insiste sur ce point: au lieu de lutter contre les islams qui ont pris en otage le concept de la transcendance, ils continuent de creuser le fossé entre Islam et islams pour le bonheur des islamistes et de leur sympathisants. Mais également le leur, s’il y a matière à en bénéficier.

Conclusion :

Sans doute, avez-vous remarqué que les personnes qui prennent pour cible l’Islam reçoivent comme réponses en retour des invectives et des menaces OU des réponses censées être intellectuelles mais pleine de distorsions et de procès d’intention. Nous ne perdrons pas de temps à tenter de comprendre le process mental par lequel passent ceux qui sont dans la menace et les insultes (même si en réalité, nous l’avons fait brièvement dans les articles précédents), mais il serait intéressant de comprendre que les musulmans qui souhaitent défendre l’Islam (abstrait), le confondent également par l’islam(concret) auquel ils font partie et se retrouvent rapidement coincés par les productions « problématiques » (dans une lecture anachronique) de leur ascendants.

Après la lecture de cet article et des précédents, j’espère que vous aurez saisi que ce n’est pas dans la défense des islams que vous arriverez à neutraliser les travaux contre-productifs de ceux qui confondent Islam et islams. Cela ne se fera que dans le questionnement de leurs méthodologies et de leurs objectifs à long terme sur base de ce que vous savez maintenant.

Conclusion de la Partie « notre rapport à…. » :

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur notre rapport à tout ce qui fait lien avec le monde spirituel et les différents présupposés religieux hérités de l’orthodoxie. Mais, sans prétention, je pense avoir partagé ce qui, pour moi, était fondamental avant de se lancer dans des projets de « déradicalisation » de la pensée militante et/ou religieuse. Certes, le terme approprié peut être longuement débattu, mais à ce niveau ce qui importe c’est que nous nous comprenons.

Au risque de choquer, je suis convaincu qu’avant d’enseigner ce que sont les leviers psychologiques et de vouloir former des travailleurs sociaux à parler aux jeunes susceptibles d’être endoctrinés, il faudrait déjà leur permettre de neutraliser en partie ce qui pourrait les déstabiliser eux-mêmes. Par expérience, j’ai rencontré de nombreux éducateurs et enseignants, pour ne citer que ces fonctions, capables de se faire endoctriner à leur tour par les jeunes dont ils sont censés s’occuper."

https://trw2016.wordpress.com/2017/08/19/notre-rapport-a-lislam-3-critique-contre-productive-mode-demploi-pour-debutant/

Barak Allahou fikoum.
 
Haut