Quoi de neuf ?

Masturbation chez les jeunes

Sasori

Membre
Membre
Je partage dans l'ensemble votre ressenti. Sauf concernant l'argument économique. Je ne pense pas que la richesse soit un critère qui attire réellement les femmes (je parle des femmes dans leur ensemble, ou alors des femmes dans un milieu moyen, ni pauvre ni riche).
De ce que j'ai lu et écouté sur des sites et des vidéos de séduction, ce qui attire les filles, c'est l'assurance, la confiance en soi (peut-être qu'effectivement être à l'aise économiquement prédispose davantage à avoir confiance en soi). Les filles vont être attirées par un garçon à l'aise, serein, sûr de lui, détaché un peu, qui a une vie sociale active. Elles vont se sentir en "sécurité", en quelque sorte, avec lui.
A l'inverse, elles sont rebutées par les garçons gênés, mal à l'aise, collants, qui en font trop, qui paniquent s'ils ne reçoivent pas une réponse à leur SMS dans les cinq minutes qui suivent. Bref, le mec pas sûr de lui, et dont le manque d'assurance se fait sentir. Et qui renvoie à la fille une impression d'insécurité. Le mec "angoissant", mais parce qu'il est lui-même stressé et angoissé.
Le problème, c'est que ces garçons-là sont souvent très gentils, attentionnés, à l'écoute, du coup ils ne comprennent pas pourquoi ils échouent. En réalié, ils ne s'y prennent pas de la bonne manière. Il faut arriver (dans mon cas ce fut long, et ce n'est pas fini) à se défaire de l'idée reçue selon laquelle il suffit d'être un mec gentil, doux et attentionné pour séduire une fille. Ce qui va susciter l'intérêt, comme dit plus haut, c'est la confiance en soi, l'assurance. Ce qui n'est pas incompatible avec le fait d'être gentil, doux, attentionné et romantique, bien sûr, mais ces quatre adjectifs ne suffisent pas. D'autant que quand on se repose exclusivement sur eux, on court rapidement le risque d'être collant, lourd, angoissant.
C'est quelque chose qui est assez difficile à comprendre quand on est un jeune garçon inexpérimenté (ce qui est mon cas). La société ne vous y aide pas, que ce soit à travers les films ou les livres. Et puis, il faut admettre aussi que les filles entretiennent elles-mêmes la confusion. ^^

Cela dit, tout ce que je viens d'écrire est à prendre avec des pincettes. D'une part parce que c'est ce que j'ai tiré, grosso modo, des sites et vidéos de séduction (qui ne sont ni la science infuse, ni le Coran). D'autre part, parce que, comme à chaque fois que ça touche l'humain, on ne peut pas ériger de règles d'airain, et dire "Les filles fonctionnent ainsi", "Toutes les filles sont comme ça". Toutes les filles sont différentes et toutes ne fonctionnent pas pareil.
Ceci étant dit, sans me prononcer vraiment, je ne serais pas surpris qu'il existe, non pas des lois et des règles valables pour toutes les filles, mais des "logiques" on va dire (je pense qu'effectivement, être collant et lourdingue est rédhibitoire, quelle que soit la fille ^^ ).

Bien à vous,
Salam alékoum,

David Buss a montré le contraire de ce que vous pensez. Le statut social est ce qui la rassure. Ce qui joue également c'est votre capacité à affronter la vie et à assurer une existence paisible. Vous pouvez avoir toutes les techniques de séduction que vous voulez, mais si le reste ne suit pas, vous n'aurez aucun résultat.

https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Buss

Le Coran va également dans ce sens :

"24. et parmi les femmes, les dames (qui ont un mari), sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété. Prescription d'Allah sur vous! A part cela, il vous est permis de les rechercher, en vous servant de vos bien et en concluant mariage, non en débauchés. Puis, de même que vous jouissez d'elles, donnez-leur leur mahr, comme une chose due. Il n'y a aucun péché contre vous à ce que vous concluez un accord quelconque entre vous après la fixation du mahr. Car Allah est, certes, Omniscient et Sage." (Sourate 2)

De plus, le psyché féminin est très différent de celui de l'homme.

Les chaines Youtube de Tn DNA, de L'observateur, de Ralf et de Stéphane Edouard devraient vous donner une vision plus réaliste des rapports hommes/femmes.

Barak Allahou fik.
 
Dernière édition:

sam

Membre
Membre
Il est vrai qu'il y a des injonctions morales qui font plus culpabiliser les gens que de leur dire quelles sont les éventuelles possibilités.
Salâm salâm


A mon sens, l'éthique sexuelle vue d'une perspective islamique invite le musulman à « se responsabiliser » et non à « se culpabiliser ». Bien que de nombreux musulmans pensent le contraire parce que l'éthique sexuelle islamique, selon eux, est fondé uniquement sur le jugement, et ils avancent comme argument que certains actes sont jugés « mauvais » sur le plan de la morale et d'autres sont jugés « bons ». Si nous faisons quelque chose de « mal », nous sommes coupables. Coupable d'un acte jugé mauvais. Parce que, du coup, il devient un juge et qu'il se juge lui-même, même s'il est seul à porter un jugement.

Mais ne dit-on pas que celui qui cherche des prétextes pour ne pas exécuter ce que son bon jugement lui dicte, finira par
perdre ces qualités et sa faculté de jugement ? Un article intéressant sur la doctrine d'Emmanuel Kant concernant le "Tribunal intérieur":

LaPhiLo.Com

Se responsabiliser consiste à choisir d'obtenir des résultats qui se fondent sur des valeurs islamiques et le désir d'un changement positif, dans le sens ou, le musulman a le pouvoir d'apporter les changements qu'il désir dans sa vie, et la réalisation devrait être sa priorité. Mais si on se culpabilise, c'est-à-dire que si des sentiments de culpabilité accompagnent notre conduite sexuelle, alors, on se sentira victime et on ne finira, par ne rien faire, si ce n'est de culpabiliser l'autre (par exemple, le savant) lorsque l'on est soi-même responsable. Une méthode bien perverse mais devenu, hélas, si fréquente. Au point, ou la personne verra le monde d'après ses désirs ou ses craintes, ce sera chez lui une tendance instinctive, et comme tous les instincts le sien aussi doit être éduqué.

Par ailleurs, si vous permettez Sasori un exemple plus osé. Imaginons une société ou toutes les conditions sont réunies pour que le croyant évite le péché. Dans le Qorân, Dieu a réuni toutes ces conditions à l'égard de Adam, en lui donnant Eve comme épouse, et pourtant, il ne s'est pas culpabilisé après avoir transgressé les injonctions divines. Bien que nous connaissons la suite de l'histoire de la chute d'Adam, ce passage coranique n'est pas vu comme une tragédie aux yeux des savants de l'Islâm, mais comme un immense bienfait. Puisque Adam en a profité pour réaliser combien Dieu est Pardonneur, Miséricordieux, Bon... De jour en jour, Adam découvre ce qu'il ne savait pas sur son Seigneur Dieu. Comment peut-il en être autrement ? Comment aurait-il pu savoir que Dieu est Juste, s'il n'y a pas d'injustice ou commis une injustice envers lui-même ? Pardonneur s'il n'y a pas de faute ou de péché, etc ? La grandeur du pardon s’évalue par la grandeur de la faute. Le Livre de Dieu abonde d'exemples de la demande de pardon des prophètes à Dieu comme un enseignement pour l'homme médian.

Pour conclure, je pense qu'il serait d'abord plus prudent de savoir si l'éthique sexuelle islamique impliquent et causent de la culpabilité, ou au contraire, évite les extrêmes vouées à l'échec, en suivant une voie médiane, pour une communauté médiane (Coran 2.143), qui met l'accent sur la responsabilité. Un savant qui ne sert pas le croyant, le musulman, devient tôt ou tard, une jurisprudence qui sert la domination. Et celui-ci n'aura pas sa place dans la vie d'un musulman conscient que le savant est avant tout un homme médian.

C'est grâce à un échange cordial et substantiel que nous développerons une meilleure
approche et que nous lèverons certainement le doute sur certaines questions.

SaLut Sasori.​
 
Dernière édition:

Rachik

Membre
Membre
[QUOTE="sam, post: 102859, member: 174


Salâm salâm


A mon sens, sur la question de la masturbation, je ne pense pas qu'il faudrait seulement envisager "de mettre notre élite religieuse devant ses responsabilités à elle". Bien sûr, ça n'engage que moi. Parce que si on replace la position islamique traditionnelle sur ce sujet dans son contexte social d’origine, on constate que même dans les sociétés, dites islamiques, lorsque ces points d'éthique ont été formulés, les gens se mariaient à la puberté, ou même avant, et bien que marié, il arrivait au conjoint que le sexe l'obsédait au point où les relations sexuelles avec son épouse ne lui suffisait pas, et qu'il avait besoin de se masturber en plus. Les responsables religieux considéraient cette pratique comme une obsession sexuelle. Bien qu'en Europe les gens ne se marient pas au seuil de la puberté, la question de la masturbation fait partie des mœurs dissolues. Je pense donc qu’il est en accord avec les enseignements islamiques de considérer toute chose relativement à son contexte.

Sur la question de la santé sexuelle des jeunes, c'est quand même l'urgence des événements sur le parcours sexuel des gens, notamment les témoignages des personnes dans la détresse (et toujours dans ce cas précis, la masturbation, l'onanisme) qui me questionnera également sur le résultat médiocre d'une jeunesse en manque de sexualité épanouie, et je serais contraint de désigner une autorité religieuse qui passe son temps à multiplier des injonctions morales et religieuses sur cette question au lieu de traiter pleinement et en profondeur le problème. Parce qu'il n'y a tout simplement pas de raison de penser que cette élite veut notre mal. On est soit, homme de bien, ou on imite les gens de bien.

Toutefois, il serait bien de préciser que cette élite, dans le fond, n'a pas le pouvoir d'interdire ou de permettre quoi que ce soit, mais plutôt de prévenir ce qui peut nous causer notre peine et ce qui peut nous apporter de la satisfaction. Bien sûr, ensuite c’est à nous de décider, de prendre conscience de notre décision et ensuite de les assumer. Et ce dont nous ferons l’expérience dans l'avenir est du ressort de notre responsabilité.

Pour sortir du caractère des mots, j'aborde le concret avec un exemple. Quand nous prenons connaissance des dangers du tabac, c’est à nous ensuite de décider de fumer ou de ne pas fumer. Bien qu'ayant été averti des effets nocifs, les actes destructeurs de la consommation de tabac sont presque toujours ceux qui arrivent à maturation sous forme de malheur ou de souffrance (maladie). Et c'est nous qui en sommes responsables, pas le fabricant, ni l'auteur de l'avertissement, à moins que nous ne nous purifions.

Ce que je souhaite ajouter pour conclure sur cette élite religieuse, certes, la plupart ne se fie pas toujours aux témoignages ou aux analyses parce qu'ils puisent leur force pour une plus grande cause et cherchent à veiller à sa réussite. Mais pour ma part, l'élite religieuse n'est pas le seul, qui doit être mis devant ses responsabilités. Du moins, c'est ce que je crois. Et là encore, j’adopte la position qui est la mienne.

Enfin, à l'avenir je ferai preuve de modération à votre égard.

Salut Rachik.​
[/QUOTE]

Salâm,

Je vous remercie pour votre réponse qui expose bien votre point de vue.
Je ne veux pas me quereller avec vous, ça n'est évidemment pas mon intention...
Mais réellement nous ne sommes absolument pas sur la même longueur d'onde, et notre conversion prend l'aspect d'un tir croisé qui ne vise absolument pas le même sujet !

Je m'excuse d'insister sur mon propos précédent, qui met en lumière le rôle de l'Elite religieuse dans la guidance en Islam.
L'Elite religieuse présente un statut particulier en raison de qualités et d'aptitudes spécifiques.
J'estime que la responsabilité du guide est incomparablement plus grande que celle du guidé, précisément parce qu'Allah a donné à l'un des aptitudes que l'autre ne possède pas !
De même qu'on ne saurait juger un être dépourvu de raison et atteint de folie, où que l'on ne pourrait reprocher à un hémiplégique total de ne pas être un champion de boxe, de même on ne peut pas reprocher à l'Homme de la masse de manquer de jugement et de clairvoyance !
Sa responsabilité personnelle n'est pas abolie, cela est certain, mais en regard de celle d'un homme de l'élite elle ne peut être mise sur le même plan !

Je ne reproche pas à l'Elite de ne pas avoir d'influence sur la masse mais bien de ne pas toujours faire ce qu'il faut dans certains domaines précis.
Je ne veux pas culpabiliser le savant sur ma conduite sexuelle ou sur celle de qui que ce soit !
ça n'a jamais été ni mon propos, ni mon intention ! Je vous assure que j'ai assez de noblesse pour assumer tous mes actes, quand bien même certains ne sont pas à la hauteur de mes attentes spirituelles, et je n'ai pas besoin d'un cours sur ce sujet...

Je veux culpabiliser l'Elite sur ce qui relève de sa responsabilité : la diffusions des valeurs sociales de l'Islam et la destructions des préjugés bourgeois de classe ! Comme je l'ai écrit, j'estime que ce sentiment négatif a un rôle très important dans la mise en place d'un climat détestable nuisant au mariage précoce; ce qui par ricochet pousse le Croyant au pêcher de la masturbation.
Je n'ai jamais écrit que le savant devait endosser la responsabilité de qui se masturbe ou pas, et je crois qu'il y a plus qu'une nuance dans ce que j'avance !

On pourrait faire un parallèle avec le cas du châtiment corporel prétendûment coranique du vol, lequel consisterait à amputer la main du voleur.
J'ai lu là dessus un article intéressant :
http://www.islamcoranique.org/vol-faut-il-couper-la-main
Je ne sais pas vraiment qui a écrit cet article, peu importe. C'est sa démonstration qui me semble bien étayée.

Certaines législations islamiques appliquent cette mesure de l'amputation de la main en affirmant se baser sur le Saint-Coran, avec bien sûr des critères variables que nous n'allons pas détailler, tant ils sont différents en fonction des courants.

Imaginons, et ce n'est certes pas dur à imaginer, que nous soyons dans un système injuste, oppresseur, mais aussi que certaines classes sociales soient réduites à la misère la plus noire en raison de l'accaparement injuste et frauduleux par une classe de nantis. Que deviendrait la validité de ce prétendu précepte coranique ?
Si l'on se rapporte par exemple à l'époque du 2e shah Pahlavi dans laquelle l'enrichissement le plus illicite et le plus abject de certains plaçait dans une misère inimaginable les gens pauvres, en particulier dans les campagnes. Si l'un de ces gens devient voleur, faudra-t-il lui amputer la main ?

Mon avis est que si l'Islam n'est pas appliqué dans la totalité de son esprit, cette mesure n'aurait pas lieu d'être, en admettant, ce que je ne crois pas, qu'elle soit un précepte coranique !
Il relève particulièrement de l'Elite, plus encore que de l'individu de la masse, de faire tout son possible pour que l'Islam soit appliqué au mieux !
La question sociale est une mission de premier ordre pour l'élite. La question de la masturbation n'est qu'un symptôme du délitement social et psychique de l'individu et de la collectivité. Néanmoins le savant se doit de l'aborder avec franchise en tenant en compte toutes les implications !

Je suis parfaitement d'accord avec vous quand vous affirmez : "A mon sens, l'éthique sexuelle vue d'une perspective islamique invite le musulman à « se responsabiliser » et non à « se culpabiliser ». "
En revanche les savants n'ont pas toujours ce point de vue et n'insufflent pas toujours cette idée aux Croyants ...

Qu'il soit bien clair, dois-je encore le répéter, que je ne rend pas le savant responsable de la pratique de la masturbation chez les jeunes ! J'affirme que les savants sont responsables d'une des causes de cette pratique : la lutte insuffisante contre les préjugés sociaux qui font obstacle au mariage précoce, voir même au mariage tout court !

On pourra toujours gloser sur la masse, dénigrer ses qualités, la toiser...
Sans la masse et sans le Peuple, il n'y aurait pas eu de Révolution islamique !
C'est parmi la masse que l'Imam Khomeiny, sanctifiée soit son Âme, a trouvé son plus fidèle soutien !
Je ne demande pas une adaptation de l'Islam aux valeurs occidentales ! Je demande l'application totale de l'Islam !

Je ne suis pas un rebelle professionnel. J'apprécie la valeur de beaucoup de nos savants, dont certains se sont placé au sommet de la nature humaine (hors prophètes et imams bien sûr). Mais je ne me suis pas donné pour mission de brosser dans le sens du poil et de tomber en pâmoison devant leur oeuvre gigantesque. Je ne nuis à personne en gardant ses sentiments-là pour moi-même !

En revanche je suis convaincu de faire oeuvre utile, même à une échelle ridiculement infime, en mettant en lumière ce qui ne va pas.
On pourrait tous se mettre à s'auto-congratuler, évoquer le bonheur d'être tous si formidables, d'avoir une direction parfaite, des mises en application parfaite, etc...
Personnellement je n'en vois guère l'utilité et je préfère chercher les chemins d'une perfectibilité qui rende service à la communauté, et non pas seulement à moi-même.

Amitiés,
 

sam

Membre
Membre
Qu'il soit bien clair, dois-je encore le répéter, que je ne rend pas le savant responsable de la pratique de la masturbation chez les jeunes !
Salâm salâm


Sur un ton amical, je tiens à vous dire que vous n'aviez pas saisi mon approche du conflit entre le réel et l'idéal. Ma réponse entendait dissiper un malentendu. Etant donné que je vous cite mal, j'en accepte l'augure. De toute façon, je ne voudrais pas être celui qui provoque n’importe quelle occasion pour mettre en place un mécanisme qui met en marche des sentiments d’agacements (rire).

Au plaisir de vous lire Rachik​
 

Rachik

Membre
Membre


Salâm salâm


Sur un ton amical, je tiens à vous dire que vous n'aviez pas saisi mon approche du conflit entre le réel et l'idéal. Ma réponse entendait dissiper un malentendu. Etant donné que je vous cite mal, j'en accepte l'augure. De toute façon, je ne voudrais pas être celui qui provoque n’importe quelle occasion pour mettre en place un mécanisme qui met en marche des sentiments d’agacements (rire).

Au plaisir de vous lire Rachik​
Salâm,

Je crois qu'aucun de nous a bien saisi l'approche de l'autre...
En tout cas je ne vous considère certainement pas comme celui qui "met en marche des sentiments d'agacement" (même si vous m'avez un peu tapé sur les nerfs:mad:) et je ne suis pas d'un naturel rancunier, je vous rassure :) !
On n'est pas sur la même longueur d'onde, mais ça n'empêche pas les sentiments de sympathie mutuelle !

Au plaisir cher Sam,
 
  • J'aime
Reactions: sam

Sasori

Membre
Membre
Salam alékoum,

C'est assez plaisant de vous lire à tous les deux. Cher frère Sam, j'ai beaucoup aimé votre paragraphe sur la vision de DIeu et le pardon avec l'exemple d'Adam.

Il est vrai que vous mettez en perspective un idéal visé et un réel constaté. Cet idéal doit servir d'objectif.

Cher frère Rachik. J'aime bien votre vision sur le fait qu'il ne faille pas idéaliser ou sacraliser les savants. Malheureusement aujourd'hui, on apprend plus aux gens à avoir un esprit critique en France. Cela déresponsabilise.

Pour en revenir au sujet, le frère Rachik met en évidence un ensemble de facteurs socio-économiques qui amène une frustration et un goût amer de la vie. Cela se retrouve partout quelque soit la croyance. En effet, sans une position établie dans la société, il est très difficile de se marier. Il serait intéressant de comprendre l'instauration du mariage par la loi de Briffault.

https://pouvoirinique.wordpress.com/2015/07/11/dynamique-sexuelle/

En conclusion, je pense que vos visions ne sont pas en opposition, mais se complètent devant un vaste problème auxquelles sont confrontés beaucoup de musulmans.

Barak Allahou fikoum.
 
  • J'aime
Reactions: sam
Haut