Quoi de neuf ?

L'islam et la bourse.

Sasori

Membre
Membre
Salam alékoum,

Que disent les savants sur l'achat d'actions ? Je distingue deux type d'achats. Il y a l'achat et la revente sur du court terme (jours et mois). Ceci est de la spéculation. Il existe également l'achat à long terme (10 à 20 ans) qui est de l'investissement dans une société.

Néanmoins, il est difficile de savoir si les grandes sociétés sont éthiques dans leurs pratiques.

Barak Allahou fikoum.
 

Rachik

Membre
Membre
Salâm,

Comme d'habitude on remarque le peu d'intérêt suscité par les questions de licéité en terme d'économie, auprès des Musulmans en particulier et des gens en général...
Personnellement je crois que ce type de questions, outre le fait qu'elles font appel à des connaissances assez rébarbatives au commun des gens, soulèvent des questions qui touchent trop personnellement aux intérêts privés de la majorité des individus...

Pour faire court et clair, il est plus facile de s'abstenir de manger de la viande de porc que de s'assurer des revenus absolument irréprochables au niveau religieux !
Il suffit de compter le nombre de gens englués dans les crédits à la consommation, même parmi les Croyants !
Nous vivons dans un type de société où le capitalisme libéral a été érigé en quasi idole ! Malheureusement, même parmi les Musulmans, beaucoup ne sont pas exempts de ce type de pensée...

Je regrette, cher Frère Sasori, de ne pas disposer des connaissances qui pourraient répondre efficacement à vos interrogations, même si j'ai lu les ouvrages les plus courants sur l'économie en Islam, mais je tenais à vous féliciter pour la pertinence de nombreux sujets que vous avez lancés, sans grand succès malheureusement, sur ces sujets extrêmement importants !

Qu'ALLAH vous bénisse.
 

Albatoul

Membre
Membre
Salamoun'alaykom

Les savants n'interdisent pas l'achat des actions, mais comme il est bien signalé dans la question, l'autorisation dépendra de l'activité de la société dont les détails ne sont connus des fois que par les dirigeants . Un savant ne pourra pas autoriser un gain d'argent s'il n'est pas au courant de tout les transactions par lesquelles passent cet argent.
 
Dernière édition:

Rachik

Membre
Membre
Salâm,

Sans rentrer dans les détails, je ne suis certes pas un expert dans le domaine de l'économie, on peut effectivement rappeler que le travail est, en Islam, la base de la richesse. L'investissement de capitaux a pour but de conforter l'économie générale de la société : en d'autres termes l'argent ne doit pas être thésaurisé mais servir à injecter des fonds nécessaires au fonctionnement de l'économie, au travers de la production et de l'entreprise, à l'enrichissement des gens en général. Le but est collectif et communautaire.

Le but de la spéculation est l'enrichissement personnel, ou au moins privé, par divers procédés variés et plus ou moins complexes. La fin en soi n'est pas de participer à créer une affaire qui fonctionne bien et qui crée de la richesse, mais bien de faire de la richesse à partir de rien, le plus souvent par tricherie, concussion et délits d'initiés !
L'activité de spéculation ou d'usure est naturellement une forme de spoliation du travail d'autrui : la richesse que l'on ne gagne pas de son travail, on la gagne par le travail des autres. Il s'agit clairement d'une forme maligne et détournée de spoliation et de vol.
Au delà d'une certaine richesse, qu'on le veuille ou non, l'assertion selon laquelle "La propriété c'est le vol", selon le mot de Proudhon, devient malheureusement valide !
Malheureusement la société capitaliste libérale est basée très largement sur la spoliation et le vol légalisés ! Son modèle se base très largement sur la "morale" juive et protestante et s'est déversée sur le monde entier, sans exception.

Il est intéressant de noter que le pendant "musulman" du calvinisme protestant est le wahhabisme, doctrine qui semble en être une véritable émanation !
Chacun d'eux découle clairement du Judaïsme talmudique ! (Lequel est sans rapport avec le Judaïsme des anciens Hébreux pré-pharisiens, qui était une forme d'Islam).
En dépit des tortillages intellectuels de prétendus "imams" et "ulémas" l'usure n'appartient pas à l'usage licite des moyens agrées par ALLAH pour faire croître sa richesse !

Ces questions d'économie ont pris une importance inimaginables aujourd'hui ! Pourtant les Musulmans, et les autres, s'y intéressent peu ! Et quand ils s'y intéressent c'est pour valider le modèle économique judéo-occidental !
Seuls quelques hommes de science, comme Sayyed Mohammed Baqir al-Sadr, se sont penchés sérieusement sur la question. Mais leurs réflexions et analyses ont trouvé fort peu d'écho et se sont évanouies avec les mirages du désert !

La vérité est que le modèle satanique judéo-protestant a triomphé : ceux qui refusent de s'y plier crèveront dans la misère, sous le mépris des masses !
Ici comme ailleurs l'argent est le véritable dieu, l'idole des masses prostituées ! Juifs, Chrétiens, Musulmans, croyants, athées... presque tous y succombent !
Celui qui n'en a pas, de cet argent, n'a pas même la valeur que l'on accorderait à un chien galeux ou à un cafard !

ALLAH a affligé l'Humanité de terribles tentations : Maudits soient ceux qui y succombent car ALLAH a déclaré, en Son Livre Sacré, la guerre à ceux qui se nourrissent de l'Usure ! Notre enfer, vécu ici bas, nous ouvrira, inch'ALLAH, les portes du Paradis dans l'au-delà !
Pour peu que nous conservions probité et intégrité sans faillir ! Et c'est loin d'être facile, car c'est un combat permanent, de chaque jour, contre l'humiliation, la ghettoisation, le mépris des proches et des moins proches ! C'est la capacité à accepter d'être et de rester seul, pour toujours, même au milieu de la foule !
Qu'ALLAH nous assiste !
 

Jérôme Ali

Membre
Membre
Salam Aleikum,

<< Ceux qui mange (pratique) de l’intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du jugement) que comme se tient celui que Satan a bouleversé. Cela parce qu’ils disaient : ”Le commerce est tout à fait comme l’intérêt“, Alors qu'Allah a rendu licite la commerce et Il a interdit l’intérêt. Celui, donc, qui cesse dés que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu’il a acquis auparavant, et son affaire dépend d'Allah. Mais quiconque récidive… Alors les voilà, les gents du Feu! ils y demeureront éternellement >> (Coran 2/275)

<< Ô les croyants ! Craignez Allah : et renoncez au reliquat de l'intérêt usuraire, si vous êtes croyants. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l’annonce d’une guerre de la part d’Allah et de Son messager. Et si vous vous repentez vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et vous ne serez pas lésés. >> (Coran 2/278-279).

Après en France toutes banques pratiquent le taux usuraire (usure/riba).
Sans vouloir faire de pub, la seul banque (en ligne) que je connaisse ne faisant pas d'usure sur son épargne est "Revolut" avec son système de "coffres" et n'est pas française mais britannique. Cependant, comme c'est une banque assujettie a l'usure également je ne pense pas quel soit licite tout comme les autres ? Peut-on dire que c'est a moindre mal ?
 
Dernière édition:

Adil

Membre
Membre
Membre
Salamou 'alaykoum cher frère,

Je pense que ce qui est important est de bien comprendre la signification du terme "Riba" (Usure). Il serait intéressant d’approfondir la question en interrogeant nos Savants et en centralisant les réponses afin que tous puissent en profiter incha ALLAH.
 

Rachik

Membre
Membre
Salam Aleikum,

<< Ceux qui mange (pratique) de l’intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du jugement) que comme se tient celui que Satan a bouleversé. Cela parce qu’ils disaient : ”Le commerce est tout à fait comme l’intérêt“, Alors qu'Allah a rendu licite la commerce et Il a interdit l’intérêt. Celui, donc, qui cesse dés que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu’il a acquis auparavant, et son affaire dépend d'Allah. Mais quiconque récidive… Alors les voilà, les gents du Feu! ils y demeureront éternellement >> (Coran 2/275)

<< Ô les croyants ! Craignez Allah : et renoncez au reliquat de l'intérêt usuraire, si vous êtes croyants. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l’annonce d’une guerre de la part d’Allah et de Son messager. Et si vous vous repentez vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et vous ne serez pas lésés. >> (Coran 2/278-279).

Après en France toutes banques pratiquent le taux usuraire (usure/riba).
Sans vouloir faire de pub, la seul banque (en ligne) que je connaisse ne faisant pas d'usure sur son épargne est "Revolut" avec son système de "coffres" et n'est pas française mais britannique. Cependant, comme c'est une banque assujettie a l'usure également je ne pense pas quel soit licite tout comme les autres ? Peut-on dire que c'est a moindre mal ?
Salamûn Alaykum,

Il est illusoire de croire qu'il existe des banques qui ne pratiquent pas l'usure.
Revolut, Compte Nickel, et d'autres encore, sont des établissements similaires à des caisses de dépôt. Il ne s'agit pas, techniquement parlant, de banques...
D'autre part la nécessité d'une carte de retrait Mastercard ou Visa les range de facto parmi les établissements usuraires...
De plus ce type d'initiative a été d'emblée investi par les banques...
C'est ainsi que le Compte Nickel a été racheté par la BNP qui a tout mis en oeuvre pour le saboter et que le concept de la banque "sans banque" soit étouffé dans l'oeuf.... Depuis son rachat, Compte Nickel connait déboire sur déboire...
Néanmoins, à titre personnel, j'estime hautement souhaitable d'utiliser de tels établissements, plutôt que des banques de crédit !

De toute façon, il ne faut pas se voiler la face, à partir du moment où l'on vit au 21e siècle, il est absolument impossible de ne pas concourir au système économique globalisé et fondé sur le Riba ! Je me rappelle de certains hadiths qui expriment le fait que, vers la fin des Temps, pas un Humain sur Terre ne sera épargné par le contact avec le Riba, ne serait-ce que par sa "poussière"...
La conduite à suivre est donc, en sachant cela, de tout faire pour s'en tenir éloigné, tout en sachant que même la poussière du Riba va nous souiller, même par une façon très indirecte...

Pour ce qui est de la prétendue "banque islamique", une étude même sommaire montre qu'elle pratique le Riba sous une forme déguisée...
L'excellente introduction du livre de Julien Pélissier au livre de Muhammed Baqir al-Sadr : "La banque sans intérêt en Islam" le montre suffisamment...
Pour qu'un modèle bancaire ne pratique pas le Riba aujourd'hui, il faudrait qu'il applique, dans la mesure du possible, un modèle économique fermé, modèle suivi par aucun Etat existant; Où alors un modèle économique basé sur deux monnaies à usage interne et externe.

Sinon les auteurs musulmans sincères qui ont écrit sur le Riba ont montré que ce terme implique un champs de procédés économiques plus vaste que la simple usure.
En revanche de nombreux auteurs musulmans tendent de plus en plus à écrire des articles et des études qui ont pour objectif de "hallaliser" le Riba sous sa seule forme usuraire en redéfinissant sa signification comme étant un intérêt particulièrement excessif. Par contre le prélèvement d'intérêt serait légal... Alors qu'il semble pourtant bien que le seul intérêt légal, qui n'est pas un intérêt, est le coût de fonctionnement de la banque ! Il est normal que l'on paie les employés de la banque et ses frais de fonctionnement, ce qui n'a rien d'un intérêt !

Personnellement je ne souscris pas à cette définition tout à fait moderne et inconnue de l'écrasante majorité des jurisconsultes chiites comme sunnites des siècles précédents...
Effectivement, comme le fait fort justement remarquer le Frère Adil, il serait tout à fait intéressant d'interroger les savants de notre Madhab et d'établir une règle générale sur ce qui relève du Riba. J'espère, inch'ALLAH, que nous pourrons prochainement trouver dans le site des réponses clairs données par nos savants.
Je vais essayer dans les temps à venir, inch'ALLAH, de produire une synthèse intéressante et pertinente des interrogations sur ce sujet, que je soumettrai aux instances compétentes. Si Dieu le veut nous parviendrons à produire sur le site une synthèse des réponses sur ce sujet à la portée de la plus haute importance.

Qu'ALLAH nous préserve de la souillure et du blâmable.
 

Sasori

Membre
Membre
Salam alékoum,

Très bonnes interventions de la part des membres. Aujourd'hui, pour une personne lambda, il est difficile de savoir si le salaire qu'on gagne, les revenus sont 100% issus de pratiques licites (intérêts bancaires de la part de l'entreprise, corruption pour avoir les contrats, répartition des richesses entre investisseurs et travailleurs).

Pour ce qui est du modèle économique, il y a beaucoup de sujets comme la masse monétaire, la vitesse de circulation de la monnaie, l'investissement, la spéculation, la valeur d'un bien ou d'un service manquent de réponses.

Pour le sujet de base, je pense qu'une société islamique peut être fonctionnelle en ayant des travailleurs et des investisseurs,. Il serait erroné de croire qu'il faut juste être un travailleur au service d'un patron ou d'être un entrepreneur pour être dans la légalité.

La question de la bourse comme je l'ai décrit précédemment, devait exister sous une autre forme il y a quelques siècles. En effet, il devait certainement y avoir des gens ayant des compétences qui se faisaient financer par des personnes ayant des moyens.

Barak Allahou fikoum.
 

Rachik

Membre
Membre
Salam alékoum,

Très bonnes interventions de la part des membres. Aujourd'hui, pour une personne lambda, il est difficile de savoir si le salaire qu'on gagne, les revenus sont 100% issus de pratiques licites (intérêts bancaires de la part de l'entreprise, corruption pour avoir les contrats, répartition des richesses entre investisseurs et travailleurs).

Pour ce qui est du modèle économique, il y a beaucoup de sujets comme la masse monétaire, la vitesse de circulation de la monnaie, l'investissement, la spéculation, la valeur d'un bien ou d'un service manquent de réponses.

Pour le sujet de base, je pense qu'une société islamique peut être fonctionnelle en ayant des travailleurs et des investisseurs,. Il serait erroné de croire qu'il faut juste être un travailleur au service d'un patron ou d'être un entrepreneur pour être dans la légalité.

La question de la bourse comme je l'ai décrit précédemment, devait exister sous une autre forme il y a quelques siècles. En effet, il devait certainement y avoir des gens ayant des compétences qui se faisaient financer par des personnes ayant des moyens.

Barak Allahou fikoum.
Salâm,

Je tiens à préciser que je ne condamne pas du tout le rôle joué par l'investisseur dans l'économie. L'investisseur a un rôle primordiale et sain à jouer !
C'est par lui que les capitaux circulent et permettent l'éclosion d'entreprises et de projets qui ne verraient jamais le jour sans lui.
L'Islam condamne la thésaurisation et encourage l'investissement.
Toutefois cet investissement doit se faire selon certaines règles : l'objectif est de mettre en jeu des capitaux sur une activité légale religieusement et selon des règles légales selon le même principe religieux. Concussion, délits d'initié, tromperies et autres procédés malhonnêtes n'en font pas parti !
De même, la notion de risque y est fondamental : aucune close ni combine d'initié ne peut dégager la responsabilité partagée de l'investisseur en cas d'échec ! Si l'affaire marche, il doit gagner de l'argent, si l'affaire est en échec il doit en perdre ! Il ne peut pas décharger sa responsabilité et être gagnant à tous les coups en montant des opérations complexes qui ont pour but de faire assumer aux autres les pertes qu'il se refuse à consentir !
Quand une crise advient, comme en 2008, on est en droit de penser que tout le monde doit perdre... Eh bien non : les riches ont multiplié leur fortune par 8 ou 10 (voir l'affaire de la banque juive Goldman Sachs) et les petits riches et classes moyennes se sont trouvées totalement ruinées... Cela en raison du fait que la crise économique de 2008 est une opération de grande envergure menée par des initiés pour spolier les gens du fruit de leur travail et, par dessus tout, les dominer de la façon la plus absolue !

Pour ce qui est du problème de la richesse et de la propriété, c'est quelque chose de complexe, certes, mais dont nous pouvons tirer quelques principes logiques de base.
Quand est-ce que la fortune et la propriété deviennent immorales ?
La fortune permet de répondre aux besoins de soi-même, de ses proches, de sa communauté... Elle offre aussi le superflu.
Mais quand on possède des dizaines ou des centaines de milliards, des biens à n'en plus finir, la fortune sert-elle seulement à répondre à ce type de besoin ?
Evidemment pas ! Elle sert à prendre le pouvoir !

Je ne condamne pas la richesse excessive parce que je suis pauvre.
Je la condamne parce qu'elle donne à celui qui la possède un pouvoir; un pouvoir le plus souvent gigantesque, sur les gens, les collectivités, les communautés, et même les Etats, et bien sûr sur moi-même ! Chacun et tous doivent se prosterner devant le pouvoir de l'argent ! Ceux qui s'y refusent doivent vivre comme des blattes au raz du sol !

Les richesses des riches n'ont pour moi aucun attrait. La vie ici-bas n'a pour moi, aujourd'hui, que fort peu d'attrait, voir plus du tout. Je peux même dire en toute sincérité que je l'ai en horreur. La vie en ce bas-monde me révulse et l'époque repoussante dans laquelle nous vivons n'éveille en moi que mépris et consternation !
En revanche, je dois le dire, l'idée que des humains, parmi les plus corrompus, les plus abjects, les plus répugnants et les plus infâmes, puissent avoir un pouvoir absolu sur le cours de ma vie et de celle des gens, cela m'est odieux et inacceptable !

La source du pouvoir vient, légitimement, d'ALLAH. L'autorité est déléguée, selon des critères trop longs à relater ici, à des humains mandatés pour le service de leur communauté, par la Grâce de Dieu !
Est-ce par le seul fait d'être richissime qu'un homme ou une oligarchie peuvent prétendre à la domination sur les gens de la Terre ?
Ces gens-là se sont ils enrichis de façon si colossale en suivant les codes moraux révélés par ALLAH ? Je ne crois pas faire l'aventurier en affirmant que personne ne devient multimilliardaire par ce biais là...

La ploutocratie n'est pas une notion islamique, elle en est l'antithèse !
Quand la richesse va au delà de toute mesure, qu'elle s'appuie sur la tromperie, voir le crime, et l'injustice, rien ne peut la justifier !

Il ne s'agit donc pas pour moi de condamner les "riches" en raison de leur richesse, même s'ils n'éveillent généralement pas particulièrement de sympathie en moi, mais bien les riches qui usent de leur richesse pour obtenir un pouvoir illégitime qui leur offre la domination sur les gens, de quelque façon que ce soit.

Qu'ALLAH nous assiste, en ces temps de ténèbres !
 

Sasori

Membre
Membre
Salâm,

Je tiens à préciser que je ne condamne pas du tout le rôle joué par l'investisseur dans l'économie. L'investisseur a un rôle primordiale et sain à jouer !
C'est par lui que les capitaux circulent et permettent l'éclosion d'entreprises et de projets qui ne verraient jamais le jour sans lui.
L'Islam condamne la thésaurisation et encourage l'investissement.
Toutefois cet investissement doit se faire selon certaines règles : l'objectif est de mettre en jeu des capitaux sur une activité légale religieusement et selon des règles légales selon le même principe religieux. Concussion, délits d'initié, tromperies et autres procédés malhonnêtes n'en font pas parti !
De même, la notion de risque y est fondamental : aucune close ni combine d'initié ne peut dégager la responsabilité partagée de l'investisseur en cas d'échec ! Si l'affaire marche, il doit gagner de l'argent, si l'affaire est en échec il doit en perdre ! Il ne peut pas décharger sa responsabilité et être gagnant à tous les coups en montant des opérations complexes qui ont pour but de faire assumer aux autres les pertes qu'il se refuse à consentir !
Quand une crise advient, comme en 2008, on est en droit de penser que tout le monde doit perdre... Eh bien non : les riches ont multiplié leur fortune par 8 ou 10 (voir l'affaire de la banque juive Goldman Sachs) et les petits riches et classes moyennes se sont trouvées totalement ruinées... Cela en raison du fait que la crise économique de 2008 est une opération de grande envergure menée par des initiés pour spolier les gens du fruit de leur travail et, par dessus tout, les dominer de la façon la plus absolue !

Pour ce qui est du problème de la richesse et de la propriété, c'est quelque chose de complexe, certes, mais dont nous pouvons tirer quelques principes logiques de base.
Quand est-ce que la fortune et la propriété deviennent immorales ?
La fortune permet de répondre aux besoins de soi-même, de ses proches, de sa communauté... Elle offre aussi le superflu.
Mais quand on possède des dizaines ou des centaines de milliards, des biens à n'en plus finir, la fortune sert-elle seulement à répondre à ce type de besoin ?
Evidemment pas ! Elle sert à prendre le pouvoir !

Je ne condamne pas la richesse excessive parce que je suis pauvre.
Je la condamne parce qu'elle donne à celui qui la possède un pouvoir; un pouvoir le plus souvent gigantesque, sur les gens, les collectivités, les communautés, et même les Etats, et bien sûr sur moi-même ! Chacun et tous doivent se prosterner devant le pouvoir de l'argent ! Ceux qui s'y refusent doivent vivre comme des blattes au raz du sol !

Les richesses des riches n'ont pour moi aucun attrait. La vie ici-bas n'a pour moi, aujourd'hui, que fort peu d'attrait, voir plus du tout. Je peux même dire en toute sincérité que je l'ai en horreur. La vie en ce bas-monde me révulse et l'époque repoussante dans laquelle nous vivons n'éveille en moi que mépris et consternation !
En revanche, je dois le dire, l'idée que des humains, parmi les plus corrompus, les plus abjects, les plus répugnants et les plus infâmes, puissent avoir un pouvoir absolu sur le cours de ma vie et de celle des gens, cela m'est odieux et inacceptable !

La source du pouvoir vient, légitimement, d'ALLAH. L'autorité est déléguée, selon des critères trop longs à relater ici, à des humains mandatés pour le service de leur communauté, par la Grâce de Dieu !
Est-ce par le seul fait d'être richissime qu'un homme ou une oligarchie peuvent prétendre à la domination sur les gens de la Terre ?
Ces gens-là se sont ils enrichis de façon si colossale en suivant les codes moraux révélés par ALLAH ? Je ne crois pas faire l'aventurier en affirmant que personne ne devient multimilliardaire par ce biais là...

La ploutocratie n'est pas une notion islamique, elle en est l'antithèse !
Quand la richesse va au delà de toute mesure, qu'elle s'appuie sur la tromperie, voir le crime, et l'injustice, rien ne peut la justifier !

Il ne s'agit donc pas pour moi de condamner les "riches" en raison de leur richesse, même s'ils n'éveillent généralement pas particulièrement de sympathie en moi, mais bien les riches qui usent de leur richesse pour obtenir un pouvoir illégitime qui leur offre la domination sur les gens, de quelque façon que ce soit.

Qu'ALLAH nous assiste, en ces temps de ténèbres !
Salam alékoum,
Vous avez fait un excellent résumé de la place de l'investisseur dans une société islamique. C'est sur point que je voulais discuter. Peut-on investir dans des sociétés cotées sur du long terme ?

En ce qui concerne votre dégoût de la vie terrestre, j'ai eu pendant longtemps le même ressenti que vous. Après une très longue guerre remise en question et des recherches, j'ai fini par trouver l'origine de ce mal-être.

Je pense que la société nous a mis en esclavage en nous privant d'un équilibre vital à notre épanouissement. J'ai eu des périodes où j'avais une vie équilibrée qui me permettait de progresser, intellectuellement, spirituellement, culturellement...Ces derniers mois, mon travail m'a pris beaucoup, beaucoup de temps et d'énergie. C'est à ce moment là qu'on perd le goût des choses et on a l'impression que rien n'a un sens. Ce mode de vie me faisait stagner à d'autres niveaux et j'avais alors perdu mon enthousiasme. Dans le milieu dans lequel je travaille, beaucoup de personnes ont pris le risque de se mettre à leur compte alors qu'ils avaient de bons postes. C'était pour moi le signe d'un mal-être évident. J'en suis donc arrivé à me poser la question de comment générer des revenus autrement que par le salariat pour justement dégager du temps et rééquilibrer ma vie.

Ce même phénomène est observable au Japon où les hommes quittent de plus en plus la société. Récemment, un livre est sorti aux USA car la même chose est en train de se produire là-bas. Il s'appelle Men on strike (les hommes en grève).

Pour finir, Je vous conseille très fortement de regarder les vidéos n°80 et n°83 du youtubeur Tn Dna. Malgré l'humour de la vidéo, son raisonnement est très intéressant concernant l'idée globale de chaque vidéo.

Barak Allahou fik
 

abou zackarya

Banni
Banni
salam alaykoum,

Si je peux me perm
Salam Aleikum,

<< Ceux qui mange (pratique) de l’intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du jugement) que comme se tient celui que Satan a bouleversé. Cela parce qu’ils disaient : ”Le commerce est tout à fait comme l’intérêt“, Alors qu'Allah a rendu licite la commerce et Il a interdit l’intérêt. Celui, donc, qui cesse dés que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu’il a acquis auparavant, et son affaire dépend d'Allah. Mais quiconque récidive… Alors les voilà, les gents du Feu! ils y demeureront éternellement >> (Coran 2/275)

<< Ô les croyants ! Craignez Allah : et renoncez au reliquat de l'intérêt usuraire, si vous êtes croyants. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l’annonce d’une guerre de la part d’Allah et de Son messager. Et si vous vous repentez vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et vous ne serez pas lésés. >> (Coran 2/278-279).

Après en France toutes banques pratiquent le taux usuraire (usure/riba).
Sans vouloir faire de pub, la seul banque (en ligne) que je connaisse ne faisant pas d'usure sur son épargne est "Revolut" avec son système de "coffres" et n'est pas française mais britannique. Cependant, comme c'est une banque assujettie a l'usure également je ne pense pas quel soit licite tout comme les autres ? Peut-on dire que c'est a moindre mal ?

salam alaykoum,

je pense cher frere que ta connaissance est assez restreinte. Comme l'a dit un frere plus bas il faut deja comprendre ce que veux dire Riba et non traduire interet bancaire par Riba.

deuxiemeent nous vivons dans une economie de la monnaie dette, c'est à dire que chaque euro ou dollar en circulation est une dette et qui dit dette dit forcement interet que toi tu traduit par riba.

Penser que le coran est descendu pour interdire aux musulmans d'emprunter pour acheter une maison ou créer une entrerpise et au minimun tres reducteur pour ne pas dire autre chose.

le prophete Sws a interdit "riba" pour certaines categories de chose : datte, blé; raisins etc ainsi que l'or et l'argent;

nous n'utilisons plus l'or et l'argent donc y a t il riba sur les billets ?

de plus dans un etat non musulman, les regles changent et nos savants aurotise les operations que tu qualifie de riba en terre non musulmane,

ma3a salama
 

Jérôme Ali

Membre
Membre
Salam Aleykum,

Voici un document de Gabriel Rahbi qui vulgarise les fondements des systèmes monétaire et bancaire :
-
Une partie des sources sont ici : http://inter-agir.fr/XCMD.RE9fU2hPQko8MjU+MDAwMDAtMC0wMzAtMDAwMDAwMDI1MzQ2Ng==.html
- consultez également le dépliant de la Banque de France sur la création monétaire. La monnaie fait partie de notre quotidien. Elle est au cœur de nos économies : elle permet les échanges des biens et des services. Pourtant, personne ne sait vraiment qui la fabrique, ni comment elle fonctionne. En partant de ce que tout le monde connait, ce document explique les fondements des systèmes monétaire et bancaire, et en décrypte certaines conséquences. Car c'est bien l'incompréhension du système monétaire par la majorité des citoyens, des journalistes, des politiciens et de nos élites au sens large, qui permet à la finance et aux banques de régner sans entraves. Ce document citoyen n'est pas politiquement marqué. Par des exemples simples, didactiques, il décrit les mécanismes bancaires peu connus, énonce des faits et matérialise des liens avec les principaux enjeux de notre temps. Il débouche sur une critique des systèmes financier, politique et médiatique, et se termine par des objectifs et alternatives fondamentaux pour le monde de demain. Avec la supervision de deux spécialistes du domaine que sont Gérard Foucher et André Jacques Holbecq, tous deux auteurs de nombreux ouvrages sur le système monétaire, ainsi que des analyses techniques précises comme celle de Jean Bayard, Gabriel RABHI a mit à profit ses compétences en imagerie. La sélection des informations et des principes à exposer, leur simplification sans induire d'erreurs, ainsi qu'une orientation critique de la création monétaire a nécessité six mois de travail. A diffuser largement sous toute forme utile. A faire publier par les blogs et les sites de réinformation. D'autres vidéos, extraits, informations, bibliographie et liens : http://www.inter-agir.fr

Notions abordées : La monnaie centrale / la monnaie scripturale / la banque centrale / les banques commerciales privées / le mythe du troc / le crédit à l'époque Sumérienne / l'invention de la monnaie / la monnaie papier et les orfèvres / la couverture partielle des dépôts / la monnaie fiduciaire / lien états - banques / le cours légale / conversion entre monnaie scripturale et centrale / définition d'un dépôt bancaire / transfert intra-bancaire / transfert interbancaire / le règlement bancaires / la compensation / les chambres de compensation / la disparition potentiel des dépôts / le trésor public / le risque systémique / les actifs / les créances / actifs financier, actifs matériels / bilan financier / bilan d'une banque / dépôts au passif / créances à l'actif / la monétisation / le crédit bancaire / la création monétaire ex-nihilo / destruction monétaire / le risque de contrepartie / la circulation de la monnaie / la masse monétaire / la croissance / une système de Ponzi / évolution exponentielle de la masse monétaire / les agrégats monétaires / variation des agrégats monétaires / le refinancement / prise en pension de titres par la banque centrale / le marché interbancaire / l'effet domino / crise de liquidité / crise de 2008 / les saisies bancaires / le sauvetage bancaire / l'assouplissement quantitatif / notions des endettements / l'usure / la concentration des richesses / rôle de la banque centrale / évasion fiscale / l'état et les marchés financiers / les intérêts de la dette / la planche à billet / inflation et déflation / l'hyperinflation / lien entre forces armées et monnaie / la réserve fédérale américaine / la banque des règlements internationaux / démocratie / aristocratie / oligarchie / le gouvernement représentatif / finance et médias / l'union européenne / le lobbying / la destruction de la planète / la décroissance / l'esclavage par la dette / la création de monnaie centrale / la monnaie du futur / intérêt général et intérêt particulier / la dictature parfaite / le conditionnement des peuples / le prêt à penser / les solutions et alternatives.
Bien cordialement et bon visionnage.
 
Dernière édition:

Adil

Membre
Membre
Membre
Salamou 'alaykoum

"abou zackarya" a été définitivement exclu pour avoir insulté gravement un membre du forum.
 

Rachik

Membre
Membre
Salam alékoum,
Vous avez fait un excellent résumé de la place de l'investisseur dans une société islamique. C'est sur point que je voulais discuter. Peut-on investir dans des sociétés cotées sur du long terme ?

En ce qui concerne votre dégoût de la vie terrestre, j'ai eu pendant longtemps le même ressenti que vous. Après une très longue guerre remise en question et des recherches, j'ai fini par trouver l'origine de ce mal-être.

Je pense que la société nous a mis en esclavage en nous privant d'un équilibre vital à notre épanouissement. J'ai eu des périodes où j'avais une vie équilibrée qui me permettait de progresser, intellectuellement, spirituellement, culturellement...Ces derniers mois, mon travail m'a pris beaucoup, beaucoup de temps et d'énergie. C'est à ce moment là qu'on perd le goût des choses et on a l'impression que rien n'a un sens. Ce mode de vie me faisait stagner à d'autres niveaux et j'avais alors perdu mon enthousiasme. Dans le milieu dans lequel je travaille, beaucoup de personnes ont pris le risque de se mettre à leur compte alors qu'ils avaient de bons postes. C'était pour moi le signe d'un mal-être évident. J'en suis donc arrivé à me poser la question de comment générer des revenus autrement que par le salariat pour justement dégager du temps et rééquilibrer ma vie.

Ce même phénomène est observable au Japon où les hommes quittent de plus en plus la société. Récemment, un livre est sorti aux USA car la même chose est en train de se produire là-bas. Il s'appelle Men on strike (les hommes en grève).

Pour finir, Je vous conseille très fortement de regarder les vidéos n°80 et n°83 du youtubeur Tn Dna. Malgré l'humour de la vidéo, son raisonnement est très intéressant concernant l'idée globale de chaque vidéo.

Barak Allahou fik
Salâmun Alaykum,

Je manque malheureusement de temps pour apporter une réponse plus concise à vos remarques et pour voir les vidéos proposées ici.
J'espère, inch'ALLAH, pouvoir vous répondre plus efficacement dans les jours qui viendront.

Qu'ALLAH vous garde.
 

Rachik

Membre
Membre
salam alaykoum,

Si je peux me perm



salam alaykoum,

je pense cher frere que ta connaissance est assez restreinte. Comme l'a dit un frere plus bas il faut deja comprendre ce que veux dire Riba et non traduire interet bancaire par Riba.

deuxiemeent nous vivons dans une economie de la monnaie dette, c'est à dire que chaque euro ou dollar en circulation est une dette et qui dit dette dit forcement interet que toi tu traduit par riba.

Penser que le coran est descendu pour interdire aux musulmans d'emprunter pour acheter une maison ou créer une entrerpise et au minimun tres reducteur pour ne pas dire autre chose.

le prophete Sws a interdit "riba" pour certaines categories de chose : datte, blé; raisins etc ainsi que l'or et l'argent;

nous n'utilisons plus l'or et l'argent donc y a t il riba sur les billets ?

de plus dans un etat non musulman, les regles changent et nos savants aurotise les operations que tu qualifie de riba en terre non musulmane,

ma3a salama
Salâm,

Je me permets une brève remarque concernant votre argumentaire, en dépit du fait que vous ayez été banni du forum, et qu'il ne vous sera pas possible de me répondre.
Certes le Riba recouvre une réalité qui va au delà du simple intérêt bancaire pour qualifier tout accroissement multiple d'un capital sur un bien donné.
Je ne dispose pas pour l'instant du temps nécessaire pour développer cet aspect complexe. De plus il y a des différences notables en fonction des jurisprudences, en particulier chez les Hanafites et les Hanbalites.

Néanmoins je veux réagir à certaines de vos assertions :
Nous vivons certes dans une économie où la monnaie n'a plus valeur d'un travail donné ou d'un capital donné mais d'une dette. Mais vous inversez la valeur des choses en en rendant licite l'économie basée sur la monnaie-dette, sur le simple fait que nous utilisons ces billets... Ce n'est pas parce que nous les utilisons qu'ils deviennent licites ! La valeur de la monnaie d'une économie saine est sensée se baser sur la valeur du capital et surtout de la capacité productive (du travail). Son rôle normal est l'échange facilité, par l'établissement d'une équivalence, et non pas l'escroquerie généralisée et légalisée dans toutes les sociétés du monde !

Certes l'or et l'argent ne sont plus utilisés dans l'élaboration des monnaies nationales... Mais il serait plus judicieux de faire remarquer que ces métaux ne sont seulement inutilisés dans cette optique, mais que le Système judéo-protestant du Capitalisme les ont banni ! Il est formellement interdit à tout Etat d'utiliser ces étalons comme valeurs de leur monnaie nationale, alors que le Coran agrée ces métaux dans les échanges !

Penser que le coran est descendu pour interdire aux musulmans d'emprunter pour acheter une maison ou créer une entrerpise et au minimun tres reducteur pour ne pas dire autre chose.
Sans doute... Mais il ne m'a pas semblé que quiconque ici ait fait une telle affirmation...
Ce n'est pas l'emprunt en soi qui pose problème, mais bien le fait du prêt à intérêt qui est en cause ! Votre remarque est aussi légère qu'infondée !

Vous vous posez en défenseur de l'Islam des gens malins et futés qui rendent le Riba hallal.
Je ne veux pas vous attaquer puisque vous ne pourrez pas me répliquer, mais je juge utile pour le lecteur d'apporter un éclairage sur la portée de vos propos.
Vous êtes le défenseur d'une conception de l'Islam chiite qui est exactement calqué sur celui de l' "Islam wahhabite", donc indirectement du Calvinisme judéo-protestant. Votre notion du Hallal à multiples vitesses, en fonction du lieu où l'on se trouve et si l'on a affaire à des Musulmans ou pas, est issu du Talmudisme juif. On le retrouve, certes, dans une certaine mesure dans certains courants de pensé musulmans.

C'est vous qui avez une idée "restreinte" et des conceptions très discutables...
Je ne doute pas de votre capacité à goûter aux joies du monde moderne. Votre souplesse d'opinion, que l'on retrouve chez beaucoup de Chiites "à la londonienne" vous apporte sans doute de grandes aptitudes...

Vous avez montré, auparavant, à de nombreuses reprises, votre lâcheté dans les discussions, en vous débinant alors que le ton était devenu agressif et déplaisant par votre faute.
Aujourd'hui, semble-t-il, vous avez encore récidivé... Tant pis pour vous !

Mais je me dois de vous dire que pour moi votre Islam est entaché de notions judaïques talmudistes propres à donner aux Musulmans des idées fausses, et même condamnables au point de vue religieux. L'Islam "bonne franquette" que l'on module au gré des circonstances, est certes bien représenté en Occident... A la fin, il peut même finir par mener au vol, à l'escroquerie et au trafic de drogue... Mais même cela, on doit pouvoir le justifier... Soyons souples bon sang ! "Les règles changent", pas vrai ? "Dans un Etat non-musulman"...

Certes, de nombreux auteurs et savants musulmans tendent à autoriser ce que ALLAH a condamné, en utilisant des méthodes d'analyse faussées. Il faut bien que le fric rentre ! On ne peut tout de même pas rester comme des clodos hein ? !

Personnellement, j'estime que c'est faire là l'aveu clair et sans ambiguïté de l'échec historique de l'Islam ! Si nous en sommes réduits à rendre licite ce qu'ALLAH a déclaré illicite, c'est réellement que nous avons totalement failli à notre mission !

J'espère, avec l'aide de Dieu, que Justice, équité et honneur reprendront la première place dans notre communauté ! L'Islam est un message universel, valable en tout lieu et en tout temps. Les savants intègres ont pour mission de donner un enseignement selon ce principe : ils savent retirer la véritable substance des textes et enseigner les valeurs fondamentales selon un fondement moral immuable !
Les corrompus, eux, ne cherchent que le bénéfice passager de ce bas-monde, quitte à travestir le Message divin de la façon la plus éhontée, par des analyses littéralistes pathétiques !

Qu'ALLAH vous guide, Abu Zackariya.
 
Haut