Quoi de neuf ?

Le Qur'an : créé ou incréé - Ressources et réflexions

realizm

Membre
Membre
As salam 3aleikum

Quelqu'un aurait des ressources intéressantes sur le débat du caractère incréé ou créé du Qur'an ?
 

Albatoul

Membre
Membre
Salamoun'alaykom

As salam 3aleikum

Quelqu'un aurait des ressources intéressantes sur le débat du caractère incréé ou créé du Qur'an ?
Je me rappelle avoir déjà vu le sujet sur notre forum mais je ne trouve plus le topic.

En attendant de trouvez des références en français, je mets ici le lien pour un très bon ouvrage de Ayatullah Cheich Ja'afar As-subhani:


[h=2]بحوث في الملل والنّحل[/h]
C'est dans le deuxième tome et à partir de la page 253


PS1: Si vous arrivez à traduire ou faire traduire, vous êtes priés de mettre un petit résumé ici.

PS2: Je pense que le post est dédié pour des versets du coran, nous allons devoir créer un nouveau et y mettre ces deux messages.
 
Dernière édition:

realizm

Membre
Membre
Salam 3aleikum

Merci ma soeur pour ce 1e lien. Personnellement je n'ai pas les capacités pour entamer cette traduction.

J'espère que des frères et soeurs auront de la matière à apporter, même si ce sont des opinions personnelles.

En fait, l'idée de ce sujet m'est (re)venue alors que je pensais au Prophète (SAWAS) et aux Imams.

On dit souvent en effet que les Imams sont le Qur'an vivant ou parlant. Aussi, puisque lorsque l'on parle des Imams on parle de création, je me suis demandé pourquoi on ne pourrait pas dire du Qur'an qu'il est une création.
J'ai bien conscience que le Prophète (SAWAS) et les Imams (AS) sont issus d'une même lumière, et que cette lumière est peut-être indissociable d'Allah (SWT) comme l'est la lumière de la sourate Al Nur, mais je n'ai jamais été choqué par exemple en lisant les théories Mutazilites sur le Qur'an.

C'est pourquoi j'aimerais avoir + de recommandations de lecture à ce sujet.

Ma3a salama
 

sam

Membre
Membre
As salam 3aleikum

Quelqu'un aurait des ressources intéressantes sur le débat du caractère incréé ou créé du Qur'an ?
Salâm salâm,


Très cher Membre realizm,

Je vous communique ci-dessous une brève réponse à votre question. D’après le Coran lui-même, ce Livre (le Qôran) est une représentation physique d’un autre Coran, incréé et préservé dans "La Tablette gardée".


SOURATE 85 - "LES CONSTELLATION" (AL-BURÛJ)

"Ceci est, au contraire, un Coran glorieux écrit sur une Table gardée"

SOURCE:
TEHERAN.IR

L’Imâm et le Coran forment un couple

L’Imâm et le Coran forment un couple : "Le Coran est l’Imâm silencieux (sâmit), l’Imâm est le Coran parlant (nâtiq)". En tant que "Coran parlant", l’Imâm est le Guide permanent qui initie au sens vrai de la Révélation coranique, et qui maintient ainsi le Livre à l’état de Parole vivante.

Bien à vous, cordialement votre membre sam


 

realizm

Membre
Membre
Salam

Merci frère Sam pour ce partage, c'est intéressant comme début, j'aimerais en lire davantage à ce sujet si jamais des membres me lisent.

Jazakallahum khair
 

Sâakina

Membre
Membre
As-salamu 'aleykoum

As salam 3aleikum

Quelqu'un aurait des ressources intéressantes sur le débat du caractère incréé ou créé du Qur'an ?
Cher Realizm,

C'est une question très intéressante.

Si tu ne l'as pas encore lu, voici un article (sunnite) sur le caractère créé ou incréé du Coran : http://www.maison-islam.com/articles/?p=375.

Bien que l'auteur se positionne clairement pour l'approche dite sunnite du sujet, il y décrit les différences entre les croyances des "Mutazilites" qu'il qualifie de "rationalistes" et celles de "l'orthodoxie sunnite".

Un extrait de l'article sur les croyances des Mutazilites :

" Les Mutazilites, eux, dévièrent de l'orthodoxie sur laquelle le Prophète et ses Compagnons se trouvaient ; mais jamais ils n'allèrent aussi loin que les Falâsifa (Rijâl ul-fikr wa-d-da'wa fi-l-islâm, an-Nadwî, 1/132-133). D'ailleurs les premiers Mutazilites virent le jour avant les premiers Falâsifa. Et après l'apparition de ces derniers, il sera même des Mutazilites qui combattront les idées de certains courants de philosophie qui, présents en terre musulmane, se présenteront comme fidèles aux enseignements de l'islam alors qu'en réalité ils les dénatureront.

Chez les Mutazilites, ce furent bien les textes qui furent considérés – comme le nécessite l'essence même de l'islam – comme la référence supérieure, orientant la raison ; cependant, chez eux c'est la dimension donnée à l'interprétation de ces textes par la raison, qui fut excessive, et ce fut ce point qui les distingua des musulmans de l'orthodoxie sunnite – qu'il s'agisse des Ahl uz-zâhir, des Ahl ul-hadîth ou des Ahl ur-ra'y – : chez les Mutazilites, ce fut la tradition pré-établie dans la raison qui servit de prisme à travers lequel les textes furent perçus, et l'interprétation (ta'wîl) concernant ceux-ci fut menée avec excès. Un exemple : à partir de l'idée – valable pour ce monde mais non pour l'au-delà – que ce qui n'est pas matériel ne peut pas être pesé, les Mutazilites affirmèrent que les actions humaines ne seront pas pesées le jour du jugement. Des Hadîths du Prophète affirmant le contraire, ils dirent qu'il s'agissait de paroles rapportées par un homme ou deux ("khabaru âhâd"), ne pouvant donc pas faire le poids face aux données rationalistes. Quant au verset du Coran "Wa nadha'u-l-mawâzîn al-qista li yawm il-qiyâma", ils en firent une ta'wîl, affirmant qu'il s'agit d'une allégorie pour la Justice qui se manifestera le jour du jugement.

Ahmad Amîn écrit : "Il y eut de même un des plus ardus problèmes que les philosophes hellénistiques avaient soulevé avant eux, et que les Mutazilites, suivant leur voie, soulevèrent eux aussi, et auquel ils répondirent ensuite dans les limites de leur foi. Voici ce dont il s'agit : ils se dirent : (…) à un moment donné, une chose devient existante alors qu'auparavant elle était inexistante, ou elle devient inexistante après avoir existé ; c'est Dieu qui est la cause de cela ; cela constitue un changement : c'est à un moment précis qu'Il a donné l'existence à une chose qui n'existait pas et a rendu inexistante ce qui existait ; exercer Sa Volonté et Sa Puissance sur la chose à ce moment précis induit un changement dans cette Volonté et cette Puissance ; or celui qui connaît un changement ne peut pas être éternel ; or Dieu est Eternel ; donc aucun changement ne peut affecter Dieu" (d'après Dhuha-l-islâm, 3/31-32).

On sent bien l'influence des spéculations rationalistes dans cette argumentation. Par rapport à la question de la Parole divine, leur raisonnement donne ceci :
a) toute parole prend place à un moment donné dans le temps ;
b) toute parole constitue donc, dans l'état de celui qui parle, un "changement lié au temps" ("al-kalâm taghayyur") ;
c) or ce qui constitue un changement lié au temps ne peut être éternel ("at-taghayyur hâdith") ;
d) et ce qui n'est pas éternel ne peut pas procéder de ce qui éternel ("wa lâ yaqûm ul-hâdithu bi-l-qadîm") ;
e) aussi une parole ne peut pas procéder d'un être qui est éternel ;
f) donc Dieu, qui est éternel, ne peut avoir émis une parole.
g) quand Dieu dit du Coran qu'il est Sa Parole, c'est bien notre croyance que le Coran est Sa Parole ; mais cela ne signifie pas que le Coran serait Sa Parole incréée,
au sens de l'expression d'un Attribut qu'Il aurait et qui serait "la Parole" ; cela signifie que Dieu a créé, dans quelque chose, une parole exprimant ce qu'Il a voulu dire, que Gabriel a entendu cette parole de cette chose, et qu'il l'a ensuite retransmise au Prophète Muhammad (sur lui soit la paix). C'est là ce que veut dire la formule : "Le Coran est la Parole de Dieu". Car [toujours la même problématique] le fait d'émettre la Parole, c'est subir un changement au moment précis où on parle, par rapport au fait que l'on dit quelque chose à propos de telle chose – ; or Dieu ne peut pas connaître de changement car Il est au-dessus du temps.

Ceci conduisit les Mutazilites à dire, d'une façon plus générale, que tout ce que Dieu a lié à Son Nom mais qui constitue un "changement" ne procède pas directement de Lui. Dieu a donc des Noms (Asmâ') mais n'a pas d'Attributs (Sifât) (relaté d'eux dans Shar'h ul-'aqîda al-wâssitiyya, p. 113) ".
A vérifier car la conclusion de l'auteur sur le fait que Dieu n'a pas d'Attributs pour les Mutazilites me semble un peu raccourcie...

Cette question m'interroge aussi...

Le Coran est décrit comme un Livre qui "fixe" la Loi et donc La Parole de Dieu.

" Le Livre de Dieu est parmi vous. Il distingue le licite de l’illicite, fixe les obligations et les vertus, les jugements fermes tant particuliers que généraux, l’absolu et le relatif, les exemples à suivre, les limites et les extensions, le précis et l’ambigu. " ('Alî Ibn Abî Tâlib - as).

La Parole de Dieu est sans doute incréée mais la Révélation a créée Celle-ci dans l'espace temporel terrestre au sens où cette Parole n'a existé pour les hommes qu'à partir du moment où Celle-ci a été portée à leur connaissance à une période donnée (avant le Coran d'ailleurs par le biais des Messagers des Livres ?). Ce qui n'exclut pas le fait que La Parole de Dieu ait préalablement existé mais si Dieu dit avoir créé l'Univers et les Créatures, Il ne dit pas avoir créé Sa Parole ou Son Livre. Dieu dit juste que cette Parole est Sienne.

La question est donc de savoir si La Parole de Dieu est dissociable de Dieu ? Sachant que d'après notre Premier Imam, Dieu est un " Etre incréé, existant éternellement avec tout sans comparaison et hors de tout sans différence "

Il y a dans la Connaissance de Dieu une Science Insondable... Allah Ouahlem !

" Grâce soit rendue à Dieu que nulle expression ne saurait glorifier, en dénombrer les bienfaits ou lui rendre l’hommage requis, ni les regards les plus profonds l’atteindre, ni les intelligences sonder son essence ".

Et vous, qu'en pensez-vous ?
 
Dernière édition:

realizm

Membre
Membre
La Parole de Dieu est sans doute incréée mais la Révélation a créée Celle-ci dans l'espace temporel terrestre au sens où cette Parole n'a existé pour les hommes qu'à partir du moment où Celle-ci a été portée à leur connaissance à une période donnée (avant le Coran d'ailleurs par le biais des Messagers des Livres ?). Ce qui n'exclut pas le fait que La Parole de Dieu ait préalablement existé mais si Dieu dit avoir créé l'Univers et les Créatures, Il ne dit pas avoir créé Sa Parole ou Son Livre. Dieu dit juste que cette Parole est Sienne.

La question est donc de savoir si La Parole de Dieu est dissociable de Dieu ? Sachant que d'après notre Premier Imam, Dieu est un " Etre incréé, existant éternellement avec tout sans comparaison et hors de tout sans différence "
Salam,

Surtout quand on sait que la parole d'Allah a "changé" si je puis dire entre la Torah, l'Evangile, les Psaumes et le Coran, au travers des lois dictées à l'Homme notamment !

(Sauf si l'on considère que Sa volonté de faire varier ces lois était établie dès le début, ce qui se pourrait bien, sinon Il aurait envoyé le sceau de la prophétie Muhammad (SAWAS) aux 1e hommes... Mais là on rentre encore dans un autre débat.)
 

Sâakina

Membre
Membre
As-salamu 'aleykoum

Salam,

Surtout quand on sait que la parole d'Allah a "changé" si je puis dire entre la Torah, l'Evangile, les Psaumes et le Coran, au travers des lois dictées à l'Homme notamment !

(Sauf si l'on considère que Sa volonté de faire varier ces lois était établie dès le début, ce qui se pourrait bien, sinon Il aurait envoyé le sceau de la prophétie Muhammad (SAWAS) aux 1e hommes... Mais là on rentre encore dans un autre débat.)
De ce que j'en sais, il y a divergence de points de vue là-dessus.

Certains disent en effet que la Parole d'Allah aurait "changé" (exemple des versets qui auraient interdit l'alcool de manière graduelle) et d'autres que la Parole de Dieu n'a jamais changé mais que ce sont les hommes qui l'ont falsifiée en faisant croire que certains versets auraient "annulé" d'autres versets qui ne prescrivaient pas la même chose.


POURTANT :


1) Tout semble indiquer que la Parole de Dieu n'a jamais changé et que ce sont les hommes qui l'ont falsifiée :

" Eh bien, espérez-vous [Musulmans] que des pareils gens (les Juifs) vous partageront la foi ? Alors qu’un groupe d’entre eux, après avoir entendu et compris la parole d’Allah, la falsifièrent sciemment " (Sourate 2, verset 75)

" Malheur, donc, à ceux qui de leurs propres mains composent un livre puis le présentent comme venant d’Allah pour en tirer un vil profit! - Malheur à eux, donc, à cause de ce que leurs mains ont écrit, et malheur à eux à cause de ce qu’ils en profitent ! " (Sourate 2, verset 79)



2) Les versets ci-dessous disent clairement que le Coran est venu confirmer ce que les autres livres avaient déjà prescrit :

" Et quand leur vint d’Allah un Livre confirmant celui qu’ils avaient déjà, - alors qu’auparavant ils cherchaient la suprématie sur les mécréants, - quand donc leur vint cela même qu’ils reconnaissaient, ils refusèrent d’y croire. Que la malédiction d’Allah soit sur les mécréants! " (Sourate 2, verset 89)

" Et quand leur vint d’Allah un messager confirmant ce qu’il y avait déjà avec eux, certains à qui le Livre avait été donné, jetèrent derrière leur dos le Livre d’Allah comme s’ils ne savaient pas ! " (Sourate 2, verset 101)



3) Les hommes auraient rejeté ce que le Coran a "ajouté" aux prescriptions déjà révélées dans les autres livres (sans les modifier) :

" Et quand on leur dit: «Croyez à ce qu’Allah a fait descendre», ils disent: «Nous croyons à ce qu’on a fait descendre à nous». Et ils rejettent le reste, alors qu’il est la vérité confirmant ce qu’il y avait déjà avec eux. - Dis: «Pourquoi donc avez-vous tué auparavant les prophètes d’Allah, si vous étiez croyants? " (Sourate 2, verset 91)


4) Dieu ne dit pas que l'abrogation du Coran sur les autres Livres en modifie les prescriptions mais que le Coran prévaut sur les autres Livres (certainement parce qu'il est plus complet et infalsifiable car Dieu en est le Gardien).

" Et sur toi (Muḥammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre. Si Allah avait voulu, certes Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres. C’est vers Allah qu’est votre retour à tous; alors Il vous informera de ce en quoi vous divergiez " (Sourate 5, verset 48)

5) Dernier fait intéressant : dans le deuxième extrait en gras du verset ci-dessus, il y a peut-être un indice sur la raison de la Révélation de différents Livres adressés à différents peuples au cours du temps ?



Enfin, voici les propos de 'Alî Ibn Abî Tâlib (as) qui semblent confirmer ces cinq points :

" Le Seigneur – qu’il soit exalté – élit parmi les fils d’Adam des prophètes loyaux et fidèles qu’il chargea de la mission apostolique de porter la révélation et de l’annoncer.

Quand la majorité des hommes trahirent leur engagement envers Dieu, dénièrent son droit transcendant, lui associant des partenaires, ils furent déviés par les démons de la connaissance de Dieu, renoncèrent à l’adorer. Le Seigneur leur envoya successivement ses messagers et ses prophètes, pour leur rappeler le pacte dont leur conscience était imprégnée et ses faveurs oubliées, leur renouveler le témoignage de la Révélation, les sommer de méditer en leur révélant les secrets les plus impénétrables et les prodiges de l’omnipotence : tels la voûte céleste suspendue au-dessus de leurs têtes, la terre qui leur sert de demeure, les ressources qui leur assurent la vie, les destins qui les exterminent, les maux qui les font vieillir, la succession des événements.

Le Seigneur n’a jamais privé les hommes d’un apôtre messager d’un livre révélé, d’un argument convaincant et d’un droit chemin sans ambiguïté. Le nombre restreint des prophètes et la multitude des détracteurs n’ont eu aucun impact sur le message divin. Le précurseur annonçait celui qui le suivrait et témoignait pour celui qui l’avait précédé.

Ainsi s’écoulèrent les siècles et se succédèrent les générations, passèrent les pères auxquels succédèrent les enfants. "
 

Abdelbaqi

Banni
Banni
Essalam alaykoum
Pour répondre à la question
Jesus as est appelé parole d'Allah? jesus est il Allah? la réponse est non, mais jesus la parole d'Allah est une créature
De meme le Coran est la parole d'Allah et est crée, le Coran n'est pas allah lui meme dans son essence et son etre
 

Sâakina

Membre
Membre
Wa aleykoum salam

Essalam alaykoum
Pour répondre à la question
Jesus as est appelé parole d'Allah? jesus est il Allah? la réponse est non, mais jesus la parole d'Allah est une créature
De meme le Coran est la parole d'Allah et est crée, le Coran n'est pas allah lui meme dans son essence et son etre
Merci de ta réponse.

Ma question était plutôt de savoir si la Parole d'Allah était dissociable de Lui, au sens où elle aurait été créée. La question est un peu ambigüe, je te l'accorde !

Issa (as) est appelé Parole d'Allah ?

En fait, plus je lis, plus j'ai le sentiment que la Parole de Dieu est à la fois incréée et créée pour deux raisons :

1) Allah est incréé car Il a existé avant toute chose et sans aucune aide ni aucun mouvement. Or on ne peut pas dire que Sa Parole a été créée car Dieu ne l'affirme pas en tant que tel ? Le fait que celle-ci ait été révélée à un moment donné aux hommes ne signifie pas que cette Parole ne pré-existait pas avant dans le monde céleste dans la mesure où Dieu est Omniscient, Il connait le Passé et l'Avenir et est hors du temps.

2) La Parole de Dieu semble également avoir un caractère créé car Dieu dit :

" Et quand leur vint d’Allah un Livre confirmant celui qu’ils avaient déjà, - alors qu’auparavant ils cherchaient la suprématie sur les mécréants, - quand donc leur vint cela même qu’ils reconnaissaient, ils refusèrent d’y croire. Que la malédiction d’Allah soit sur les mécréants! " (Sourate 2, verset 89)

Comme Il dit :

" Et quand leur vint d’Allah un messager confirmant ce qu’il y avait déjà avec eux, certains à qui le Livre avait été donné, jetèrent derrière leur dos le Livre d’Allah comme s’ils ne savaient pas ! " (Sourate 2, verset 101)

Or Dieu a bien créé les Messagers.

Dieu dit aussi : " Et sur toi (Muḥammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité ".

Donc Dieu aurait "fixé" Sa Parole dans un Livre qui vient de Lui (sur les plans céleste et terrestre ?).

En résumé : la Parole de Dieu serait fixée dans un Livre créé mais cela n'exclut pas que la Parole de Dieu soit incréée ?

Je ne sais pas si je suis très claire ! Allah ouahlem :)
 

Sâakina

Membre
Membre
As-salamu 'aleykoum

Dieu dit aussi : " Et sur toi (Muḥammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité ".
A ce propos, est-ce-que quelqu'un qui maitrise bien les subtilités de la langue Arabe peut nous traduire exactement le sens du mot "descendre" dans le verset ci-dessus ? Ca nous aidera peut-être dans notre réflexion.

Voici le verset en entier en Français :

" Et sur toi (Muḥammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre. Si Allah avait voulu, certes Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres. C’est vers Allah qu’est votre retour à tous; alors Il vous informera de ce en quoi vous divergiez " (Sourate 5, verset 48)

En arabe :

وَأَنزَلْنَآ إِلَيْكَ ٱلْكِتَٰبَ بِٱلْحَقِّ مُصَدِّقًۭا لِّمَا بَيْنَ يَدَيْهِ مِنَ ٱلْكِتَٰبِ وَمُهَيْمِنًا عَلَيْهِ ۖ فَٱحْكُم بَيْنَهُم بِمَآ أَنزَلَ ٱللَّهُ ۖ وَلَا تَتَّبِعْ أَهْوَآءَهُمْ عَمَّا جَآءَكَ مِنَ ٱلْحَقِّ ۚ لِكُلٍّۢ جَعَلْنَا مِنكُمْ شِرْعَةًۭ وَمِنْهَاجًۭا ۚ وَلَوْ شَآءَ ٱللَّهُ لَجَعَلَكُمْ أُمَّةًۭ وَٰحِدَةًۭ وَلَٰكِن لِّيَبْلُوَكُمْ فِى مَآ ءَاتَىٰكُمْ ۖ فَٱسْتَبِقُوا۟ ٱلْخَيْرَٰتِ ۚ إِلَى ٱللَّهِ مَرْجِعُكُمْ جَمِيعًۭا فَيُنَبِّئُكُم بِمَا كُنتُمْ فِيهِ تَخْتَلِفُونَ


Grand merci d'avance :)
 

Abdelbaqi

Banni
Banni
Salam saakina
Jesus (as) est la parole d'Allah (kalimat Allah) et Esprit d'Allah (Rouh Allah) et Allah affirme que Jesus n'est pas le divin
Le Messie Jésus, fils de Marie, n'est qu'un Messager d'Allah, Sa parole qu'Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. Croyez donc en Allah et en Ses messagers. Et ne dites pas «Trois». Cessez ! Ce sera meilleur pour vous. Allah n'est qu'un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C'est à Lui qu'appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre et Allah suffit comme protecteur .

ALLAH est celui qu'aucun oeil n'a vu, ni aucun coeur n'a saisis comme il se doit, mais de la manière avec la quelle les Messagers l'ont expliqué
Dans son etre et son essence ALLAH est au dessus de tout, il n'a besoin de personne. Mais l'homme a besoin de Lui
Le Coran de meme que les écritures d'avant, Torah et Evangile et Psaumes... sont la parole d'Allah mais ça ne veut pas dire dieu lui meme
De meme que ces messagers il a suffit d'une parole et ils ont existé, Jesus est parole d'Allah et plus que lui Ahmed, Mohammed selon la spiritualité Islamique le premier dans la pré existance et il est de meme parole d'Allah (son verbe) mais pas le transcendant lui meme
 

sam

Membre
Membre
A ce propos, est-ce-que quelqu'un qui maitrise bien les subtilités de la langue Arabe peut nous traduire exactement le sens du mot "descendre" dans le verset ci-dessus ? Ca nous aidera peut-être dans notre réflexion.
Voici le verset en entier en Français:

"Et sur toi (Muḥammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité,


Salâm salâm


Très cher Membre Sâakina,

Il s'agit bien d'une descente comme le mot l'indique c'est-à-dire faire descendre (tanzîl) cette Révélation depuis le monde supérieur. Tanzîl désigne en propre la religion positive, la lettre de la Révélation dictée par l’Ange au Prophète. Mollâ Sadrâ formule la descente dans ses Asrâr al-Âyat de la manière suivante:

« Sache que ce qui descend (al-nâzil) de Dieu sur la plupart des prophètes, c’est le Livre, non pas la Parole. Le Qôran qui est descendu sur [c’est-à-dire a été révélé à] Mohammad, est à la fois Parole de Dieu et Livre de Dieu, d’un double point de vue. Mais les autres Livres célestes révélés aux autres prophètes ne sont pas Paroles de Dieu ; ce sont des Livres de Dieu qu’ils lisent et qu’ils écrivent de leurs mains. En tant que ce qui est descendu est Parole [Verbe] de Dieu, c’est une Lumières d’entre les lumières suprasensibles qui descend de Dieu sur le cœur de celui qu’Il veut parmi ses serviteurs bien-aimé…En tant que c’est un Livre, ce sont des empruntes, dessins, figures, et mots descendant en quelque sorte du ciel sur les feuillets que sont les cœurs des croyants et sur les tablettes que sont les âmes des chercheurs. D’autres les écrivent sur es feuillets et des tablettes matérielles, de sorte que chacun peut à son tour réciter. »

Ci-dessous pour en savoir plus

Indication concernant la Parole de Dieu et le Livre de Dieu

La Parole (Kalâm Allâh) n’est pas telle que la professent les ash’arites, lesquels font de la Parole un attribut résidant dans l’âme (sifat nafsîya), consistant en idées et significations qui subsisteraient par l’Essence divine. Il n’en peut être ainsi, parce qu’il est impossible que l’Être divin soit un substrat pour quelque chose d’autre. La Parole de Dieu ne désigne pas non plus < comme l’ont pensé les mo’tazilites > la création des sons et de lettres ayant une signification, parce qu’alors il s’ensuivrait que toute parole fût Parole de Dieu. En outre, son impératif et son dire (qawl) précèdent tout existant, comme Il le déclare : « Son impératif, lorsqu’Il veut une chose, consiste à lui dire : Sois, et elle est » (36 : 82). Ou mieux dit : la Parole de Dieu [le Verbe divin] désigne la production de Paroles parfaites [Verbes parfaits, Kalimât tâmmât] et l’émission de « Signes immuables qui sont l’archétype du Livre (Om al-Kitâb) et d’autres qui sont métaphoriques » (3 : 5) sous le revêtement des mots et des expressions allusives. Il le dit encore : « Le Christ, 'Isâ ibn Maryam, était son Envoyé et sa Parole qu’il projeta en Maryam et un Esprit de lui » (4 : 169). Et dans un hadîth il est déclaré : « Je prends refuge auprès de toutes les Paroles Parfaites de Dieu contre le mal de ce qui est créaturel.

Et la Parole qui descend d’auprès de Dieu est Parole sous un aspect, et elle est Livre sous un autre aspect. La Parole, du fait qu’elle appartienne au monde de l’Impératif (‘alam al-Amr) est autre que le Livre, puisque celui-ci appartient au monde du créaturel (‘alam al-khalq). Le sujet parlant (le motakallim), c’est celui par qui subsiste la Parole, de la même manière que l’existant subsiste par son existentiateur. L’écrivain (kâtib), c’est celui qui fait exister la Parole, je veux dire le Livre. Parole et Livre comporte des qualifications et des demeures différentes. Quiconque profère une parole [un discours] est aussi, en un certain sens, quelqu’un qui écrit, et quelqu’un qui écrit profère un discours en un certain sens. Nous en avons l’exemple dans ce qui en témoigne en nous. Lorsque l’homme profère une parole, c’est que celle-ci a émané de son âme sur la tablette de son cœur [son imagination et sa représentation], et que les différents organes servant d’issues aux lettres ont donné forme et figure à ces lettres en les prononçant. Son âme est donc ce qui a fait exister la Parole. Il est écrivain, en tant qu’avec le calame de sa puissance il produit les lettres sur la tablette de son cœur, dans les gradations de a voix et le cours de son souffle, tandis que sa personne physique est ce par quoi subsiste la Parole, et que, sous ce rapport, il est sujet parlant.

Enfin, la Parole est sous un aspect Qorân [conjonction] et sous un autre aspect elle est forqân [disjonction] < elle est Qorân sous l’aspect de l’unité et de la coalescence, elle est forqân sous l’aspect de la multiplicité et de la différenciation >. Parce qu’elle appartient au monde de l’Impératif, la Parole a les cœurs pour demeure : « Elle est dans les cœurs des croyants, et ne la perçoivent que ceux qui ont reçu la connaissance » (29 : 48) « et ne la comprennent que ceux qui savent » (29 : 42). Quant au Livre, parce qu’il appartient au monde créaturel, il a pour demeure les Tables écrites qui ont une dimension et que tout un chacun peut percevoir, comme Dieu le dit dans ce verset : « Nous avons écrit pour lui [Moïse] sur les Tables une exhortation en chaque chose » (7 : 142). La Parole, « nul ne la touche hormis les purs » (56 : 78) ; elle est un Qorân auguste » (56 : 76), ayant un rang sublime sur une Tabula secreta (lawh mahfûz, 85 : 22) « que nul ne touche hormis les purs, c’est une révélation du Seigneur des mondes » (56 : 78-79). Cette révélation du Seigneur des mondes [cette descente, tanzîl], c’est précisément le Livre.

LE LIVRE DES PENETRATIONS METAPHYSIQUES - PAGE 148-149

Le phénomène religieux shî'ite se différencie de l’Islam sunnite en tant qu’il postule, comme son fondement même, une herméneutique spirituelle (ta’wîl) du Livre saint, du Qorân. Cette exigence dérive elle-même d’une conception théologique et théosophique qui fait l’originalité et la richesse du shî'isme, si bien que la question posée de bonne heure en Islam sunnite concernant la nature créée et incréée du Qorân y apparaît comme mal posée, parce que privée de l’horizon métaphysique qu’elle présuppose. C’est au shî'isme que la pensée islamique est redevable d’une prophétologie et d’une philosophie prophétique. Et cette prophétologie se caractérise par le fait que la mission des prophètes-envoyés (à la fois Nabî et Rasûl), chargés de révéler aux hommes un Livre saint, y est inséparable de la walâyat, c’est-à-dire de la qualification spirituelle des Imâms, successeurs du Prophète, comme « Amis de Dieu » (Awliyâ’Allâh), auxquels est confiée, en tant que « Guides spirituels », « Mainteneurs du Livre », la tâche d’initier les hommes à son sens vrai.

Prophétie et Imamat (ou walâyat) correspond à un double mouvement cosmique : mabda’ et ma’ad, genèse et retour, descente et remontée à l’origine. A ce double mouvement correspond d’une part le tanzîl, la Révélation, qui est l’acte de faire descendre le Livre saint dont le Prophète est chargé d’énoncer la lettre (la sharî’at, la Loi, la religion positive), et d’autre part le ta’wîl qui est l’acte de reconduire la lettre de la Révélation à son sens vrai, exêgêsis spirituelle qui est le ministère de l’Imâm.

A l’horizon métaphysique Mollâ Sadrâ nous communique également ceci :

« Sache que les esprits sont tous créés d’un seul et unique esprit, qui est l’esprit prophétique (rûh al-nabî). L’esprit prophétique est le fondement des esprits, ce pour quoi il est nommé « Mère », c’est-à-dire « Mère des esprits », de même que la tablette bien gardée est la mère du Livre, parce qu’elle est la base de l’inscription du Livre. De même qu’Adam est le Père du genre humain et le Khalife de Dieu sur la terre, le Prophète est le Père des esprits et le Khalife de Dieu dans le monde des esprits. L’esprit est donc le khalife de Dieu et le rassembleur des attributs divins essentiels, comme la science, la vie, la puissance, la volonté, l’audition, la vue, la parole et la permanence. Le corps est le khalife de l’esprit et il est le rassembleur de ses attributs ».

L’homme a pour Père historique le khalife de Dieu Adam dans le monde apparent créaturel et temporel, et pour Père spirituel Muhammad, dans le monde de l’impératif, caché, intérieur et permanent. La destinée de l’homme se résume en la réconciliation de ces deux origines, de ces deux fonctions khalifales. La médiation de l’une à l’autre est la Mère des esprits, l’esprit impératif divin insufflé dans les prophètes.

Cette interprétation de l’histoire prophétique de l’humanité nous semble déterminée par la distinction que fait Sadrâ au sein même de l’unité de l’esprit. Muhammad est, dans le monde de l’impératif, ce qu’est Adam dans l’ordre temporel et historique. Il faut que les fils d’Adam, dans le retour qu’ils font vers leur origine spirituelle, rejoignent leur Mère, l’esprit, comme le Livre saint doit être reconduit à son archétype ésotérique, la Mère du Livre, séjournant dans le monde de l’impératif. Ce retour ne peut se faire que grâce à une exégèse de la réalité muhammadienne éternelle, comprenant les réalités lumineuses des Quatorze Immaculés, réalité fondamentale et première dans le monde de l’impératif, paternité de l’humanité.

La réalité prophétique éternelle n’est autre, en effet, que la réalité muhammadienne éternelle. Celle-ci est la réalité première où Dieu se donne à connaître, où il sort de son secret au plan de l’essence indicible : « Lorsque Dieu créa l’esprit prophétique, il était Dieu et il n’y avait avec Lui aucune autre chose qu’accompagnât l’esprit ou avec quoi il fût en relation, autre que Dieu. Non, l’esprit prophétique fut la première chose à quoi s’attacha la puissance pré-éternelle. C’est pourquoi la noblesse de l’esprit provient de l’ennoblissement de la relation de Dieu avec soi-même, et Dieu le nomma « mon esprit », de même que fut nommée la première demeure où résidèrent les hommes, et dont la noblesse tient à la relation de Dieu à soi-même, et Dieu dit « Ma Maison ». Puis, lorsque Dieu voulut créer Adam et insuffler en lui de son Esprit, c’est-à-dire de l’Esprit relié à Soi-même, ce fut l’Esprit prophétique, comme le dit le verset : « Quand je l’aurai façonné et que j’aurai insufflé en lui de mon Esprit ». Dieu ne dit pas « J’aurai insufflé en lui mon Esprit », sans le mot « De », afin que ce soit la preuve de ce que l’Esprit insufflé en Adam est par soi-même l’Esprit prophétique. Mais l’esprit d’Adam est engendré, tandis que le Prophète (Muhammad) est le Père spirituel du genre humain et des autres prophètes, tandis que le Père du genre humain (Adam) est le Père corporel du Prophète et des autres hommes.

Conclusion:

L'aventure de notre monde, c’est l’aventure de quelqu’un qu’il s’agit de faire remonter du fond d’un puits. De moment en moment, il atteint à un certain niveau du puits ; de niveau en niveau, il atteint au niveau supérieur. Chaque fois il a sous ses pieds le niveau dépassé. Quiconque sait regarder avec l’organe de la vue intérieure verra ainsi sous ses pieds les temps passés, de plus en plus opaques, denses et ténébreux, tandis que, jour après jour, continue de monter le temps, se rapprochant de la Volonté primordiale et devenant plus lumineux, plus subtil. Représentons-nous un être qui descendrait du Ciel et pénétrerait dans la Sphère de l’air élémentaire ; descendant encore, il pénétrerait dans la Sphère de la vapeur atmosphérique ; descendant encore, il pénétrerait successivement dans la Sphère des nuées, puis dans l’eau de l’océan, puis dans les entrailles de la Terre.

Alors on lui dirait : « Maintenant, remonte. » Le voici qui s’élève, sort de l’obscurité de la Terre, pénètre dans la Sphère de l’eau, en traverse la densité, et successivement franchit les Sphères des nuées et de la vapeur. Émergeant de cette dernière, il pénètre dans l’air à l’état pur. Ses yeux contemplent tout alentour ; il respire à longs traits ; il est délivré des étroitesses où l’on étouffe ; il s’abandonne à la détente d’une immense quiétude ; il respire enfin à l’aise. Eh bien! telle est précisément l’histoire spirituelle de notre monde. Car ce monde était descendu jusqu’au sein de la Terre, lorsque à l’époque d’Adam il lui fut dit : « Maintenant, remonte. » Cette remontée, il est en train de l’effectuer ; il n’est pas encore délivré des pesanteurs et des aspérités, des ténèbres et des brumes. Il n’a pas encore émergé à l’air pur. Mais une fois sortis de ces brumes et ayant pénétré dans l’air pur, alors les hommes contemplent le soleil de la Face de l’Ami, l’Imâm.

Bien à vous, cordialement votre membre sam
 
Dernière édition:

realizm

Membre
Membre
Salam,

Merci frère Sam, très très bon post.
Je vais me pencher là dessus en détail, ça demande une bonne concentration.
 

Sâakina

Membre
Membre
As-salamu 'aleykoum

Cher frère Sam,

Très intéressant, merci beaucoup pour cet éclairage :)

Que Dieu t'enveloppe de Sa Lumière.
 

Sasori

Membre
Membre
As-salamu 'aleykoum



De ce que j'en sais, il y a divergence de points de vue là-dessus.

Certains disent en effet que la Parole d'Allah aurait "changé" (exemple des versets qui auraient interdit l'alcool de manière graduelle) et d'autres que la Parole de Dieu n'a jamais changé mais que ce sont les hommes qui l'ont falsifiée en faisant croire que certains versets auraient "annulé" d'autres versets qui ne prescrivaient pas la même chose.


POURTANT :


1) Tout semble indiquer que la Parole de Dieu n'a jamais changé et que ce sont les hommes qui l'ont falsifiée :

" Eh bien, espérez-vous [Musulmans] que des pareils gens (les Juifs) vous partageront la foi ? Alors qu’un groupe d’entre eux, après avoir entendu et compris la parole d’Allah, la falsifièrent sciemment " (Sourate 2, verset 75)

" Malheur, donc, à ceux qui de leurs propres mains composent un livre puis le présentent comme venant d’Allah pour en tirer un vil profit! - Malheur à eux, donc, à cause de ce que leurs mains ont écrit, et malheur à eux à cause de ce qu’ils en profitent ! " (Sourate 2, verset 79)


2) Les versets ci-dessous disent clairement que le Coran est venu confirmer ce que les autres livres avaient déjà prescrit :

" Et quand leur vint d’Allah un Livre confirmant celui qu’ils avaient déjà, - alors qu’auparavant ils cherchaient la suprématie sur les mécréants, - quand donc leur vint cela même qu’ils reconnaissaient, ils refusèrent d’y croire. Que la malédiction d’Allah soit sur les mécréants! " (Sourate 2, verset 89)

" Et quand leur vint d’Allah un messager confirmant ce qu’il y avait déjà avec eux, certains à qui le Livre avait été donné, jetèrent derrière leur dos le Livre d’Allah comme s’ils ne savaient pas ! " (Sourate 2, verset 101)


3) Les hommes auraient rejeté ce que le Coran a "ajouté" aux prescriptions déjà révélées dans les autres livres (sans les modifier) :

" Et quand on leur dit: «Croyez à ce qu’Allah a fait descendre», ils disent: «Nous croyons à ce qu’on a fait descendre à nous». Et ils rejettent le reste, alors qu’il est la vérité confirmant ce qu’il y avait déjà avec eux. - Dis: «Pourquoi donc avez-vous tué auparavant les prophètes d’Allah, si vous étiez croyants? " (Sourate 2, verset 91)


4) Dieu ne dit pas que l'abrogation du Coran sur les autres Livres en modifie les prescriptions mais que le Coran prévaut sur les autres Livres (certainement parce qu'il est plus complet et infalsifiable car Dieu en est le Gardien).

" Et sur toi (Muḥammad) Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre. Si Allah avait voulu, certes Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en ce qu’Il vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres. C’est vers Allah qu’est votre retour à tous; alors Il vous informera de ce en quoi vous divergiez " (Sourate 5, verset 48)

5) Dernier fait intéressant : dans le deuxième extrait en gras du verset ci-dessus, il y a peut-être un indice sur la raison de la Révélation de différents Livres adressés à différents peuples au cours du temps ?



Enfin, voici les propos de 'Alî Ibn Abî Tâlib (as) qui semblent confirmer ces cinq points :

" Le Seigneur – qu’il soit exalté – élit parmi les fils d’Adam des prophètes loyaux et fidèles qu’il chargea de la mission apostolique de porter la révélation et de l’annoncer.

Quand la majorité des hommes trahirent leur engagement envers Dieu, dénièrent son droit transcendant, lui associant des partenaires, ils furent déviés par les démons de la connaissance de Dieu, renoncèrent à l’adorer. Le Seigneur leur envoya successivement ses messagers et ses prophètes, pour leur rappeler le pacte dont leur conscience était imprégnée et ses faveurs oubliées, leur renouveler le témoignage de la Révélation, les sommer de méditer en leur révélant les secrets les plus impénétrables et les prodiges de l’omnipotence : tels la voûte céleste suspendue au-dessus de leurs têtes, la terre qui leur sert de demeure, les ressources qui leur assurent la vie, les destins qui les exterminent, les maux qui les font vieillir, la succession des événements.

Le Seigneur n’a jamais privé les hommes d’un apôtre messager d’un livre révélé, d’un argument convaincant et d’un droit chemin sans ambiguïté. Le nombre restreint des prophètes et la multitude des détracteurs n’ont eu aucun impact sur le message divin. Le précurseur annonçait celui qui le suivrait et témoignait pour celui qui l’avait précédé.

Ainsi s’écoulèrent les siècles et se succédèrent les générations, passèrent les pères auxquels succédèrent les enfants. "
Salam alékoum,

Avons-nous la source de ce texte ?

Barak Allahou fikoum.
 
Haut