Quoi de neuf ?

Chiisme : Réaction de l'imam Ali (as) concernant le califat

Zakaria_Zak

Membre
Membre
Salam,

J'ai un ami qui s'intéresse à l'école de la famille du prophète (SAWAS).
Il m'a posé une question, mais je ne me l'étais jamais posé auparavant, et il s'agit là d'une question intéressante.

D'après l'histoire, le prophète Muhammad (SAWAS) a désigné l'imam Ali (AS) comme succéder, néanmoins après le décès du prophète Muhammad (SAWAS), les compagnons se sont organisé pour qu'Abu Bakr devient le nouveau calife.

Il y a tout d'abord eu le 1er calife, Abu Bakr, par la suite, le deuxième calife Omar et finalement le troisième calife Othman.

Durant les 3 califats, pour quelle raison l'imam Ali (AS) n'a pas réagi, ne l'ai a pas combattu ou n'a pas demandé que justice soit rendu ?

S'il (AS) a réagi, je souhaiterais savoir de quelle manière. Comment s'est-il opposé à cette injustice ?

Je souhaiterais s'il-vous-plaît obtenir des hadiths concernant la réaction de l'imam Ali (as) après s'être vu voler son droit.

Tout d'abord, si vous maitrisez bien le sujet, pour moi-même je souhaiterais obtenir des hadiths chiites afin de découvrir sa réaction.

Par la suite, s'il vous est possible de me fournir des hadiths sunnites pour pouvoir lui montre que même dans leurs sources ils y font référence, et que l'imam Ali (as) a réagi et de quelle manière il a réagit.

Je cherche juste la vérité merci s'il est possible de fournir des hadiths authentiques avec les sources, je vous en remercie.

Je vous souhaite une agréable nuit, et une bonne journée, et surtout 3ID MOUBARAK, qu'Allah (SWT) accepte vos jeunes et vos prières.

Assalamou Alaykoum Wa Rahmatoullahi Wa Barakatouh
 

Caroline14

Membre
Membre
Aleykoum salam,

Je suis moi mm en plein cheminement vers le chiisme.
J ai pu lire le livre les califes maudits de Hela ouardi.
(Ce n est pas une figure religieuse mais tout ce qu elle apporte est sourcé beaucoup chiite et un peu sunnite)
Le livre est un récit sur les derniers instants du prophete saws, son lavage fait par Ali, la réunion de la saqifa réalisé "dans le dos de Ali", avec bcp de détail. Les menaces que Omar a fait etc...
Je pense qu il permet de vraiment mieu comprendre ce qu il s est passé et d être sensibilisé face à cette imposture.
C est ce livre qui m a poussé à me tourné vers le chiisme et leurs sources.

Amine, aïd moubarak.
Salam aleykoum
 

Adil

Membre
Membre
Membre
Salamou 'alaykoum

La question est intéressante et il existe quelques livres qui seront bientôt en ligne incha ALLAH.

Durant les 3 califats, pour quelle raison l'imam Ali (AS) n'a pas réagi, ne l'ai a pas combattu ou n'a pas demandé que justice soit rendu ?
La réponse est simple, l'Imam 'Ali (as) a souhaité préserver la jeûne communauté d'une guerre fratricide qui aurait été dévastatrice pour l'avenir de l'Islam, ce qui prouve la sagesse du premier Imam de l'Islam.

Mais pour bien marquer son opposition à cette élection illégitime de quelques notables qui se sont réunis en secret en un lieu dénommé Saqifah, 'Ali refusera toute allégeance à Abou Bakr durant six mois.

Si votre ami veut des textes, nous lui en fournirons tant qu'il veut issus de ses propres références et s'il possède quelques notions d'étude de le Sirah (vie du Prophète), je l'invite à consulté la célèbre référence "Le Prophète de l'Islam de Muhammad Hamidullah, Tôme II, page 1000 §1938 et §1939".

Voici le texte :

1938. Il y eut des difficultés avec 'Ali et les Banu Hachim, famille du Prophète. Après avoir obtenu le serment de la généralité des Médinois, le calife Abou Bakr fit venir Ali. Celui ci déclara son mécontentement de n'avoir pas été consulté, et de se trouver devant le fait accompli. Il dit notament: "Vous Muhadjirun, vous l'avez emporté sur les Ansar pour cet amr (gouvernement) en leur disant que le Prophète était des vôtres, et qu'Abou Bakr lui était proche; mais je vous répète les même arguments quant à nous, membres de la famille du Prophète, plus près de lui que quiconque".

1939. Alors Abu Ubaidah (des Muhadjirun), et Bachir ibn Sa'd (des Ansar), assurèrent Ali qu'ils ne savaient pas qu'il prétendait pour lui-même à la dignité de successeur du Prophète. Ils cherchèrent à le persuader d'accepter ce que tout le monde avait déjà accepté. Abou Bakr de son coté dit: "O Ali, si j'avais su seulement que tu me contesterais cet amr (fonction de gouverneur)! Je ne l'ai ni cherché ni voulu. Maintenant tout le monde à prêté serment. Si tu le fais également, c'est ce que j'attends de toi. Si par contre, tu ne veux pas prêter serment tout de suite, et veux réfléchir, je ne te contrains pas: je te donne raison; rentre chez toi en en bonne voie".' Ali rentra chez lui.

Voici d'autres références :

"Et c'est ainsi se sont abstenu de prêter allégeance à Abou Bakr : Abou Soufyan du clan de Banou Omayya, Abou Bakr a envoyé alors Omar Ibn Khattab chez Ali et ceux qui étaient avec lui pour les faire sortir de la maison de Fatima "ra" et celle-ci a dit : Où vas tu ô Ibn Khattab? Est tu venu pour brûler notre maison? Il a dit : Oui, ou alors vous faîtes comme la Oumma a fait." Al_Moukhatçar fi Akhbari al_Bachar, de Abi Al_Fida, page 107

"Ceux qui sont abstenu de prêter allégeance à Abou bakr sont : Ali , Al Abbas, Azubayr et Sa'ad Ibn 'Ubada, en ce qui concerne Ali, Al Abbas et Azubayr, ils sont restés dans la maison de Fatima jusqu'à ce que Abou Bakr leur envoi Omar Ibn Al Khattab pour les faire sortir de la maison de Fatima, et il (Abou Bakr) lui (Omar) dit : S'ils refusent combat les. Il vint alors avec un brandon (Bouquet de paille enflammé) pour brûler sur eux la maison, Fatima lui a fait face et a dit : Ô Ibn Khattab, es tu venu pour bruler notre maison? Il répondit : Oui, ou alors faîtes comme la Oummma a fait ( Rentrer dans quoi la Oumma est rentré, c'est-à-dire prêter ammégeance à Abou Bakr)." Al 'iqd Al-Farid, de Ibnou Abdi Rabbih Al-Andaloussi, page 573

"Abû Bakr envoya 'Omar à la maison de Fâtimah où 'Alî et quelques-uns de ses amis s'étaient rassemblés, avec l'ordre de les obliger - par la force s'il le fallait - à venir lui prêter serment de fidélité. 'Omar allait mettre le feu à la maison lorsque Fâtimah lui demanda ce que cela signifiait. Il lui dit qu'il brûlerait certainement la maison s'ils n'acceptaient pas de faire ce que tout le monde avait fait". Abul-Fidâ', Al-'Aqd al-Farîd.

"Quand Umar est venu à la porte de la maison de Fatimah, il a dit : "Par l'Allah, je brûlerai complètement (la maison) sur vous à moins que vous ne sortiez et donniez le serment d'allégeance (à Abu Bakr)." Références sunnites : Histoire de Tabari (arabe), v1, pp 1118-1120, Histoire d'Ibn Athir, v2, p325, Al-Isti'ab, par Ibn Abd Al-Barr, v3, p975, Tarikh Al-Kulafa, par Ibn Qutaybah, v1, p20 et Wal-Siyasah Al-Imamah, par Ibn Qutaybah, v1, pp 19-20. Sahih Boukhari : Volume 3, Livre 32, No 227.

Encore un autre texte : "« Bien que la succession des événements ne soit pas claire, il semble que Ali et ses compagnons eurent connaissance de Saqifa après ce qu’il s’y produit. A ce moment, ses partisans se réunirent dans la maison de Fatima. Abu Bakr et Umar, bien conscients des revendications de Ali, et craignant une grave menace de ses partisans, le convoquèrent à la mosquée pour leur faire le sermon d’allégeance. Ali refusa, et alors la maison fut encerclée par une bande armée dirigée par Abu Bakr et Umar, qui menacèrent d’y mettre le feu si Ali et ses partisans refusaient de sortir et de prêter allégeance à Abu Bakr. La scène devint violente et Fatima fut furieuse. » (Ansab Ashraf, by al-Baladhrui in his Volume 1, pp. 585-586 ; Tareekh Ya’qubi, volume 2, p 116 ; al-Imamah wal-Siyasah, by ibn Qutaybah, volume 1, pp. 19-20.)"

Toutes le sources citées sont 100% sunnites et reconnues comme crédibles par tous les Savants spécialiste du Hadith et de l'Histoire.

Demandez aussi à votre ami d'expliquer les raisons pour lesquelles la noble fille du Messager et l'épouse d'Ali Ibnou Abi Taleb à refusé de pardonner jusqu'à sa mort Abou Bakr et Omar ?

Elle qui fut surnommée : "La reine des femmes habitant le Paradis." Sahih Boukrari

Celle pour qui le Messager d'ALLAH (saw) a dit : "Fâtima est une partie de moi-même ; celui qui l'irrite m'irrite moi-même" ou encore "Fatima est une partie de moi-même, me fait du tort ce qui lui fait du tort et m’afflige ce qui l’afflige." ou encore dans la version de Boukharî et Mouslim "Fatimah est une partie de mon cœur. Celui qui la contrarie me contrarie et contrarie Allah celui qui me contrarie. Celui qui contrarie Allah est maudit et fait partie des gens de l’Enfer."

Abu Muhammad Abdullah ibn Qutayba rapporte dans AI-Imama wa's-Siyasa que Fatima a dit: "Allah soit mon témoin que vous deux m'avez offensée. Dans chaque prière je vous maudis et continuerai de vous maudire jusqu'à ce que je voie mon père et je me plaindrais de vous." (Al Imama wa al Siyasa, pages 18-30, Dhikr Bayya Abu Bakr).

"Fatima, la fille de l’Envoyé de Allah se mit en colère et s’arrêta de parler à Abu Bakr, et continua à adopter cette attitude jusqu’à sa mort. Fatima vécut pendant six mois après la mort du Saint Prophète (psl)." Sahih Bukhari, Volume 4, livre 53. Numéro 325

Et pour terminer, demandez à votre ami de vous expliquer ce Hadith Authentique et Moutawatir : "O vous, les gens, en vérité j'ai laissé parmi vous ce grâce à quoi vous ne vous égarerez pas après moi si vous vous en saisissez: les deux trésors (ath-thiqlayn), l'un étant plus grand que l'autre; le Livre de Dieu, une corde tendue entre le ciel et la terre, et ma famille, les gens de ma demeure. En vérité, ces deux-là ne se sépareront pas jusqu'à ce qu'ils viennent me rejoindre au bassin [paradisiaque]." Ce hadith est rapporté par Ibn Hanbal (Mosnad, vol.3, p.59, had.11578; Fadâ'ilo s-sahâba, vol.2, p.585, had.990), at-Tabarânî (al-Mo'djam al-kabîr, vol.3, p.65-66, had.2678) et Ibn Abî 'Asim (As-Sonna, v.2 p.645, had.1553), Tirmidhî d'après Zayd Ibn Arqam (Sonan, vol.5, p.663, had.3788) mais aussi dans d'autres versions par :

MOSLIM, as-Sahîh, vol.4, p.1873-1874, Kitâb fadâ'il as-sahâba, bâb min fadâ'il 'Alî, had. 2408;
IBN HANBAL, al-Mosnad, vol.3, p.14 had.11116, p.15 had.11146, p.26 had.11227; vol.4, p.366; vol.5, p.181 had.21618;
HAKIM NAYSABURI, al-Mustadrak 'alâ s-sahîhayn (avec en bas de page le Talkhîs al-mostadrak de Dhababî), vol.3, p.109, 110, 148, 533;
TABARANI, al-Mo'djam al-kabîr, vol.3, p.65-67 had. 2678-2683; vol.5, p.182 had. 5026, p.186 had. 5040, etc.;
IBN KATHIR, Tafsîr, en commentaire de Cor. 42.23, et al-Bidâya wa n-nihâya, vol.5, p.209; etc.

Demandez à votre ami pourquoi il n'a jamais entendu parler de ce Hadith et surtout pourquoi il est incapable de lui donner une explication. Demander également à votre ami pourquoi il ne sait pas ce qui s'est passé après la mort du Messager d'ALLAH alors que toutes les références Historiques Sunnites relatent les événements cités plus haut.

Sait-il par exemple que durant cette réunion Secrète à Saqifah, les plus grands compagnons du Prophète étaient tous occupé à assisté aux funérailles du Messager de Dieu ? Parmi eux comptent : Ali Ibnou Abi Taleb, mais aussi Zoubayr, Miqdad, Salman al-Farsi, Bilal al Habashi, Abou Thar al-Ghifari, 'Ammar Ibn Yassir, Barra ibn Azhab, Khâlid Ibn Sa'îd, Abû Ayyûb al-Ançârî, Khazimah ibn Thâbit et bien d'autres encore.

Et pour finir, demander à votre ami pourquoi il croit que l'élection d'Abou Bakr était naturelle alors qu'à Saqifah les sabres furent dégainé entre les Médinois et les Mecquois ?

Et malgré tout ça, la meilleur preuve qu'Ali ibnou Abi Taleb était le seuls digne successeur du Messager de Dieu se trouve dans TOUS les livres d'Histoire et de Sirah sunnite et ce, dans les premiers chapitres, quand le Messager de Dieu reçu l'ordre de se proclamer Prophète «Avertis tes plus proches parents» (Sourate al-Cho'arâ', 26: 214).

Il organisa un repas et invita ses proches parents. Lors de ce repas il fit ce discours très connu : «Ô fils de 'Abdul-Muttalib! Je ne connais personne en Arabie qui ait apporté à ses proches parents une chose plus excellente que ce que j'ai apporté pour vous. Elle vous servira dans cette vie et dans la vie future. Me croiriez-vous si je vous disais qu'un de vos ennemis vous attaquera le jour ou la nuit?» Ils répondirent en chur qu'ils le croyaient être un homme véridique. Il dit alors: «Sachez donc tous qu'Allâh m'a envoyé pour guider l'homme dans le Droit Chemin, et qu'IL m'a ordonné d'appeler tout d'abord mes proches parents, de les inviter à Sa Sainte Volonté et de les avertir de Sa Colère. Vous avez vu le festin miraculeux auquel vous avez assisté, ne persistez donc pas dans votre infidélité! Ô fils de 'Abdul-Muttalib! Allâh n'a jamais envoyé un Messager sans qu'il ait désigné son frère, héritier et successeur parmi ses propres parents. Qui va donc m'assister dorénavant dans ma noble tâche et devenir mon frère, mon héritier et mon successeur? Il sera à moi ce que fut Hâroun à Mûsâ (Moïse)».

Mohammad qui venait de prononcer son discours avec une ferveur religieuse fut déçu de voir toute l'assemblée garder le silence, quelques-uns étonnés, d'autres souriant avec un air d'incrédulité et de dérision.

Personne n'était prêt à l'accepter comme guide spirituel. Mohammad semblait compatissant à leur égard. A ce moment critique, 'Alî, le cousin favori du Prophète s'avança. Mais Mohammad lui ordonna d'attendre jusqu'à ce que quelqu'un de plus âgé s'avance. Le Prophète essaya en vain trois fois. A la fin, 'Alî, n'appréciant pas l'attitude ridicule adoptée par l'assemblée, s'avança impatiemment pour la troisième fois, et déclara avec enthousiasme que, non seulement il croyait Mohammad Prophète de Dieu, mais aussi il s'offrait corps et âme au bon plaisir du Prophète: «Ô Prophète, dit-il. Je suis l'homme (que tu cherches). Quiconque se lève contre toi, je lui casserai les jambes et l'éventerai. Ô Prophète! Je t'assisterai et je serai ton vizir auprès d'eux».

Sur ce, Mohammad, lançant ses bras autour du généreux jeune homme et le pressant contre sa poitrine, s'écria:

«Voilà mon frère, mon lieutenant et mon successeur (ou Calife). Ecoutez-le tous et obéissez-lui».

Ce texte n'est pas chiite mais bien sunnite et reconnu absolument par tout le monde. Parmi les références nous retrouvons :

"Al-Tabarî"; "Al-'Aqd al-Farîd"; "Kanz al-'Ummâl", Al-Suyûtî, "Târîkh al-Kholafâ'", etc.

Si avec toutes ses informations il ne réagit pas, demandez lui ce qu'il lui faut de plus.

Qu'ALLAH vous garde.
 
Dernière édition:

Albatoul

Membre
Membre
Salamoun'alaykom


Pour étudier le sujet d'une manière approfondie, nous devons répondre à certaine questions que chacune constitue un sujet de débat.

1-- Le prophète saw a-t-il désigné un successeur pour dirigé la oumma après son décès ?

2-- La gens de la oumma et en particulier les compagnons se sont-ils soumis aux injonctions du prophète saw ?

3-- Comment a eu lieu la désignation du premier Calif ?

4-- Comment a eu lieu la désignation du deuxième Calif ?

5-- Comment a eu lieu la désignation du Troisième Calif ?

Dans Nahj al-Balghah vous trouverez les discours de l'Imam Ali as où il résume comment la succession s'est déroulé après le décès de notre prophète saw et comment son droit a été usurpé.

2653

2654
 

Zakaria_Zak

Membre
Membre
Salam,

Merci d'avoir pris le temps de répondre, je lui poserait toute les questions auquelle vous faites référence et si vous voulez, je peux vous fournir ses réponses.

Bonne soirée, Salam w aleykoum.
 

Adil

Membre
Membre
Membre
Salamou 'alaykoum

Salam,

Merci d'avoir pris le temps de répondre, je lui poserait toute les questions auquelle vous faites référence et si vous voulez, je peux vous fournir ses réponses.

Bonne soirée, Salam w aleykoum.
Qu'ALLAH vous bénisse, il est toujours intéressant de connaître les réponses de nos frères sunnites.

Bonne soirée également.
 

Zulfiqar

Membre actif
Membres
Salam,

J'ai un ami qui s'intéresse à l'école de la famille du prophète (SAWAS).
Il m'a posé une question, mais je ne me l'étais jamais posé auparavant, et il s'agit là d'une question intéressante.

D'après l'histoire, le prophète Muhammad (SAWAS) a désigné l'imam Ali (AS) comme succéder, néanmoins après le décès du prophète Muhammad (SAWAS), les compagnons se sont organisé pour qu'Abu Bakr devient le nouveau calife.

Il y a tout d'abord eu le 1er calife, Abu Bakr, par la suite, le deuxième calife Omar et finalement le troisième calife Othman.

Durant les 3 califats, pour quelle raison l'imam Ali (AS) n'a pas réagi, ne l'ai a pas combattu ou n'a pas demandé que justice soit rendu ?

S'il (AS) a réagi, je souhaiterais savoir de quelle manière. Comment s'est-il opposé à cette injustice ?

Je souhaiterais s'il-vous-plaît obtenir des hadiths concernant la réaction de l'imam Ali (as) après s'être vu voler son droit.

Tout d'abord, si vous maitrisez bien le sujet, pour moi-même je souhaiterais obtenir des hadiths chiites afin de découvrir sa réaction.

Par la suite, s'il vous est possible de me fournir des hadiths sunnites pour pouvoir lui montre que même dans leurs sources ils y font référence, et que l'imam Ali (as) a réagi et de quelle manière il a réagit.

Je cherche juste la vérité merci s'il est possible de fournir des hadiths authentiques avec les sources, je vous en remercie.

Je vous souhaite une agréable nuit, et une bonne journée, et surtout 3ID MOUBARAK, qu'Allah (SWT) accepte vos jeunes et vos prières.

Assalamou Alaykoum Wa Rahmatoullahi Wa Barakatouh
Salamu alaykoum,

Chère frère il faut être extrêmement précis lorsqu'on rapporte certains faits, donc permettez moi de corriger sans entrer dans les d&taille certaines chose que vous avez dites. Ce ne sont pas tous les compagnons qui se sont organisés afin qu'Abu Bakr deviennent Calife, la réalité du moins celle rapportée dans les récits, est qu'une partie des compagnons dont les premiers instigateurs certains dignitaires parmi les Ansars, ce sont réunis clandestinement, discrètement à Saqifa des banu Saida à l'insu des autres compagnons et ce le jour même du décès du Prophète (s) pendant que ses proches étaient occupé par les préparatifs des funérailles, donc ce petit groupe des Ansar ce sont réunit avec pour objectif la désignation du successeur du Messager d'Allah (s) par un membre de leur clan, apparemment la nouvelle arriva aux oreille de l'autre clan des compagnons des mouhajiroun qui ce sont leur à leur tour imposé dans le débat, au début il n'était pas question de désigner Abu Bakr pour la succession c'était même le contraire, Abu Bakr à fait un discours durant le quel il voulait imposer Omar en tant Calife et un membre des Ansar comme premier ministre comme ça, chacun aura un morceau du gâteau si je peux dire et tout le monde est content, mais les ansar refusèrent voyant qu'il n'allaient pas imposer l'un des leur, ils ont dit nous voulons désigner Ali (s), le "débat" était sur le point de dégénérer au point ou les sabres étaient dégainés ou sur le point de l'être, c'est à ce moment là que Omar profitant de l'agitation du moment à prit la main d'Abu Bakr pour lui prêter allégeance suivi immédiatement par les mouhajirin et finalement par les ansar et c'est naturellement de cette façon qu'Abu Bakr s'est vu imposé aux reste des compagnons qui ne pouvaient que

le frère Adil l'a très bien résumé, l'imam Ali (as) était un homme sage et voyait les choses bien au-delà de la situation qui se déroule sous ses yeux.
si l'imam Ali (as) s'était opposé physiquement à l'usurpation de son droit par Abu Bakr la communautés aurait été divisée le sang aurait coulé inutilement et Ali (as) ne pouvait pas non plus se soumettre directement à Abu Bakr cela aurait une reconnaissance implicite de la légitimité du califat d'Abu Bakr, donc l'imam Ali (as) à choisir la voie de la sagesse c'est à dire refermer la porte de la fitna ouverte durant l'évènement de la saqifa et adopter une attitude de résistance pacifique en ne reconnaissance pas la légitimité du califat d'Abu Bakr durant six mois.

la succession du Messager d'Allah (s) consiste avant tout a être le gardien des enseignements de la parole d'Allah (awj) et de son Messager (s) à être le guide de la communauté après le Prophète (s) le rôle de l'imam, successeur du Prophète (s) en cas de nécessité peut très bien se passer de sa dimension politique tant que les lignes rouges ne sont pas dépassées, en matière de transgressions des lois d'Allah (awj) et enseignement de son Messager (s), donc l'Imam Ali (as) a sacrifié son droit politique mais pas son rôle de guide (Imam) pour le gens, et c'est aussi l'attitude qu'adopté Al-Hassan (as) qui sacrifia également le califat politique en faveur de Mu'awiya qui désirait ardemment le pouvoir, afin de préserver la communauté de la sédition et du sang des musulmans qui aurait coulé inutilement.

en ce qui concernant la récation de l'Imam Ali (as) à propos de l'usrpation de son droit je peux vous fournir quelques récits sunnites très révélateurs extrait de mon article, dans le chapitre : L’imam Ali (paix sur lui) revendique son droit au Califat, à la succession du Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille)

Al-Balladhuri – Ansab Al-Achraf (volume 2, page 402)
D’après Ruh Ibn Abdalmumin, d’après Abi ‘Awana, d’après Khalid Al-Hadha, d’après Abdalrahman Ibn Abi Bakra qui rapporte que Ali (as) était venu leur rendre visite et a dit : « Personne dans cette communauté (Oumma) n’a subi autant que ce que moi j’ai subi ; Lorsque le Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille) est décédé, moi, je suis celui qui a le plus le droit que quiconque sur cette affaire (le Califat) , mais les gens ont prêté l’allégeance à Abu Bakr puis il a désigné Omar pour lui succéder, ensuite j’ai donné mon allégeance, j’ai accepté, et me suis soumis, puis les gens ont donné leur allégeance à Othman, j’ai donné mon allégeance, j’ai accepté, et me suis soumis, et maintenant les gens hésitent entre moi et Mu’awiya ».

Je dis : le hadith est SAHIH, car tous les rapporteurs ci-dessous sont tous dignes de confiance, libre à quiconque d'essayer de prouver le contraire.
1er rapporteur : رَوْحُ بْنُ عَبْدِ الْمُؤْمِنِ = Digne de confiance
2ème rapporteur : أَبِي عَوَانَةَ = Digne de confiance
3ème rapporteur : خَالِدٍ الْحَذَّاءِ = Digne de confiance
4ème rapporteur : عَبْدِ الرَّحْمَنِ بْنِ أَبِي بَكْرَ = Digne de confiance

Ahmad Ibn Hanbal – Kitab Al-Sunnah (volume 1, page 563, hadiths 1315 et 1316 )
Dans le livre de l’imam Ahmad Ibn Hanbal intitulé « Le Livre de la Sunnah » cette phrase assez révélatrice de ce que l’imam Ali (as) pensait du Califat à été dissimulée : « Et moi, je suis celui qui est le plus en droit sur les gens à propos de cette affaire (le Califat) » Cette parole de l’Imam Ali a été dissimulée et remplacée par l’expression « il a dit quelque chose » ou bien, « il a mentionné quelque chose »
Ali a dit :
« personne dans cette Oumma n’a subi autant que ce que moi j’ai subi ; Lorsque le Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille) est décédé, « il a dit quelque chose » , mais les gens ont prêté l’allégeance à Abu Bakr puis il a désigné Omar pour lui succéder, ensuite j’ai donné mon allégeance, j’ai accepté, et me suis soumis, puis les gens ont donné leur allégeance à Othman, j’ai donné mon allégeance, j’ai accepté, et me suis soumis, et maintenant les gens hésitent entre moi et Mu’awiya. »
En commentaire pour les deux hadiths : Les rapporteurs sont dignes de confiance

At-Tabarani – Al-Mu’jam Al-Kabir (volume 1, page 107, hadith 176)

D’après Ibn Abbas qui dit : « Ali disait du temps du Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille) : « Allah le Très Haut dit : « S´il mourait, donc, ou s´il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Sourate La Famille Imran Verset 144 », Par Allah nous ne retournerons pas sur nos talons après lui, alors qu’Allah (awj) nous a guidé, par Allah (awj) si le Prophète (paix sur lui et sa famille) mourrait ou s’il était tué, nous combattrons ce sur quoi il a lui-même combattu durant toute sa vie, jusqu’à ce que je meurs à mon tour, Par Allah (awj) je suis le frère du Messager d’Allah (s), son successeur, son légataire testamentaire, qui donc prétendrait en avoir plus le droit sur moi ? »
Commentaire : Les rapporteurs du hadith sont les rapporteurs du SAHIH (Bukhari et Muslim)

Nassa’i – Sunan Al-Kubra (volume 7, page 431, hadith 8396)

D’après Ibn Abbas qui dit : « Ali disait du temps du Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille) : « Allah le Très Haut dit : « S´il mourait, donc, ou s´il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Sourate La Famille Imran Verset 144 », Par Allah nous ne retournerons pas sur nos talons après lui, alors qu’Allah (awj) nous a guidé, par Allah (awj) si le Prophète (paix sur lui et sa famille) mourrait ou s’il était tué, nous combattrons ce sur quoi il a lui-même combattu durant toute sa vie, jusqu’à ce que je meurs à mon tour, Par Allah (awj) je suis le frère du Messager d’Allah (s), son successeur, son légataire testamentaire, qui donc prétendrait en avoir plus le droit sur moi ? »

Al-Haythami – Majmu’ Al-Zawa’id (volume 9, page 128 hadith 14765)
D’après Ibn Abbas qui dit : « Ali disait du temps du Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille) : « Allah le Très Haut dit : « S´il mourait, donc, ou s´il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Sourate La Famille Imran Verset 144 », Par Allah nous ne retournerons pas sur nos talons après lui, alors qu’Allah (awj) nous a guidé, par Allah (awj) si le Prophète (paix sur lui et sa famille) mourrait ou s’il était tué, nous combattrons ce sur quoi il a lui-même combattu durant toute sa vie, jusqu’à ce que je meurs à mon tour, Par Allah je suis le frère du messager d’Allah, son successeur, son légataire testamentaire, qui donc prétendrait en avoir plus le droit sur moi ? »
Commentaire : Les rapporteurs du hadith sont les rapporteurs du SAHIH (Bukhari et Muslim)


donc on ne pas dire que l'imam Ali (as) est resté impassable devant l'injustice qu'il a subit et d’ailleurs, il rappelle et demanda aux compagnons à de nombreuses reprises de témoigner de l'évènement de Ghadir Khum lors duquel le Prophète (s) l'avait désigné devant des milliers témoins comme étant son successeurs légitime (s) le maitre de tous les croyants après lui.

Qu'Allah vous garde et vous facilite dans votre démarche
 

Zakaria_Zak

Membre
Membre
Salamu alaykoum,

Chère frère il faut être extrêmement précis lorsqu'on rapporte certains faits, donc permettez moi de corriger sans entrer dans les d&taille certaines chose que vous avez dites. Ce ne sont pas tous les compagnons qui se sont organisés afin qu'Abu Bakr deviennent Calife, la réalité du moins celle rapportée dans les récits, est qu'une partie des compagnons dont les premiers instigateurs certains dignitaires parmi les Ansars, ce sont réunis clandestinement, discrètement à Saqifa des banu Saida à l'insu des autres compagnons et ce le jour même du décès du Prophète (s) pendant que ses proches étaient occupé par les préparatifs des funérailles, donc ce petit groupe des Ansar ce sont réunit avec pour objectif la désignation du successeur du Messager d'Allah (s) par un membre de leur clan, apparemment la nouvelle arriva aux oreille de l'autre clan des compagnons des mouhajiroun qui ce sont leur à leur tour imposé dans le débat, au début il n'était pas question de désigner Abu Bakr pour la succession c'était même le contraire, Abu Bakr à fait un discours durant le quel il voulait imposer Omar en tant Calife et un membre des Ansar comme premier ministre comme ça, chacun aura un morceau du gâteau si je peux dire et tout le monde est content, mais les ansar refusèrent voyant qu'il n'allaient pas imposer l'un des leur, ils ont dit nous voulons désigner Ali (s), le "débat" était sur le point de dégénérer au point ou les sabres étaient dégainés ou sur le point de l'être, c'est à ce moment là que Omar profitant de l'agitation du moment à prit la main d'Abu Bakr pour lui prêter allégeance suivi immédiatement par les mouhajirin et finalement par les ansar et c'est naturellement de cette façon qu'Abu Bakr s'est vu imposé aux reste des compagnons qui ne pouvaient que

le frère Adil l'a très bien résumé, l'imam Ali (as) était un homme sage et voyait les choses bien au-delà de la situation qui se déroule sous ses yeux.
si l'imam Ali (as) s'était opposé physiquement à l'usurpation de son droit par Abu Bakr la communautés aurait été divisée le sang aurait coulé inutilement et Ali (as) ne pouvait pas non plus se soumettre directement à Abu Bakr cela aurait une reconnaissance implicite de la légitimité du califat d'Abu Bakr, donc l'imam Ali (as) à choisir la voie de la sagesse c'est à dire refermer la porte de la fitna ouverte durant l'évènement de la saqifa et adopter une attitude de résistance pacifique en ne reconnaissance pas la légitimité du califat d'Abu Bakr durant six mois.

la succession du Messager d'Allah (s) consiste avant tout a être le gardien des enseignements de la parole d'Allah (awj) et de son Messager (s) à être le guide de la communauté après le Prophète (s) le rôle de l'imam, successeur du Prophète (s) en cas de nécessité peut très bien se passer de sa dimension politique tant que les lignes rouges ne sont pas dépassées, en matière de transgressions des lois d'Allah (awj) et enseignement de son Messager (s), donc l'Imam Ali (as) a sacrifié son droit politique mais pas son rôle de guide (Imam) pour le gens, et c'est aussi l'attitude qu'adopté Al-Hassan (as) qui sacrifia également le califat politique en faveur de Mu'awiya qui désirait ardemment le pouvoir, afin de préserver la communauté de la sédition et du sang des musulmans qui aurait coulé inutilement.

en ce qui concernant la récation de l'Imam Ali (as) à propos de l'usrpation de son droit je peux vous fournir quelques récits sunnites très révélateurs extrait de mon article, dans le chapitre : L’imam Ali (paix sur lui) revendique son droit au Califat, à la succession du Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille)

Al-Balladhuri – Ansab Al-Achraf (volume 2, page 402)
D’après Ruh Ibn Abdalmumin, d’après Abi ‘Awana, d’après Khalid Al-Hadha, d’après Abdalrahman Ibn Abi Bakra qui rapporte que Ali (as) était venu leur rendre visite et a dit : « Personne dans cette communauté (Oumma) n’a subi autant que ce que moi j’ai subi ; Lorsque le Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille) est décédé, moi, je suis celui qui a le plus le droit que quiconque sur cette affaire (le Califat) , mais les gens ont prêté l’allégeance à Abu Bakr puis il a désigné Omar pour lui succéder, ensuite j’ai donné mon allégeance, j’ai accepté, et me suis soumis, puis les gens ont donné leur allégeance à Othman, j’ai donné mon allégeance, j’ai accepté, et me suis soumis, et maintenant les gens hésitent entre moi et Mu’awiya ».

Je dis : le hadith est SAHIH, car tous les rapporteurs ci-dessous sont tous dignes de confiance, libre à quiconque d'essayer de prouver le contraire.
1er rapporteur : رَوْحُ بْنُ عَبْدِ الْمُؤْمِنِ = Digne de confiance
2ème rapporteur : أَبِي عَوَانَةَ = Digne de confiance
3ème rapporteur : خَالِدٍ الْحَذَّاءِ = Digne de confiance
4ème rapporteur : عَبْدِ الرَّحْمَنِ بْنِ أَبِي بَكْرَ = Digne de confiance

Ahmad Ibn Hanbal – Kitab Al-Sunnah (volume 1, page 563, hadiths 1315 et 1316 )
Dans le livre de l’imam Ahmad Ibn Hanbal intitulé « Le Livre de la Sunnah » cette phrase assez révélatrice de ce que l’imam Ali (as) pensait du Califat à été dissimulée : « Et moi, je suis celui qui est le plus en droit sur les gens à propos de cette affaire (le Califat) » Cette parole de l’Imam Ali a été dissimulée et remplacée par l’expression « il a dit quelque chose » ou bien, « il a mentionné quelque chose »
Ali a dit :
« personne dans cette Oumma n’a subi autant que ce que moi j’ai subi ; Lorsque le Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille) est décédé, « il a dit quelque chose » , mais les gens ont prêté l’allégeance à Abu Bakr puis il a désigné Omar pour lui succéder, ensuite j’ai donné mon allégeance, j’ai accepté, et me suis soumis, puis les gens ont donné leur allégeance à Othman, j’ai donné mon allégeance, j’ai accepté, et me suis soumis, et maintenant les gens hésitent entre moi et Mu’awiya. »
En commentaire pour les deux hadiths : Les rapporteurs sont dignes de confiance

At-Tabarani – Al-Mu’jam Al-Kabir (volume 1, page 107, hadith 176)

D’après Ibn Abbas qui dit : « Ali disait du temps du Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille) : « Allah le Très Haut dit : « S´il mourait, donc, ou s´il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Sourate La Famille Imran Verset 144 », Par Allah nous ne retournerons pas sur nos talons après lui, alors qu’Allah (awj) nous a guidé, par Allah (awj) si le Prophète (paix sur lui et sa famille) mourrait ou s’il était tué, nous combattrons ce sur quoi il a lui-même combattu durant toute sa vie, jusqu’à ce que je meurs à mon tour, Par Allah (awj) je suis le frère du Messager d’Allah (s), son successeur, son légataire testamentaire, qui donc prétendrait en avoir plus le droit sur moi ? »
Commentaire : Les rapporteurs du hadith sont les rapporteurs du SAHIH (Bukhari et Muslim)

Nassa’i – Sunan Al-Kubra (volume 7, page 431, hadith 8396)

D’après Ibn Abbas qui dit : « Ali disait du temps du Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille) : « Allah le Très Haut dit : « S´il mourait, donc, ou s´il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Sourate La Famille Imran Verset 144 », Par Allah nous ne retournerons pas sur nos talons après lui, alors qu’Allah (awj) nous a guidé, par Allah (awj) si le Prophète (paix sur lui et sa famille) mourrait ou s’il était tué, nous combattrons ce sur quoi il a lui-même combattu durant toute sa vie, jusqu’à ce que je meurs à mon tour, Par Allah (awj) je suis le frère du Messager d’Allah (s), son successeur, son légataire testamentaire, qui donc prétendrait en avoir plus le droit sur moi ? »

Al-Haythami – Majmu’ Al-Zawa’id (volume 9, page 128 hadith 14765)
D’après Ibn Abbas qui dit : « Ali disait du temps du Messager d’Allah (paix sur lui et sa famille) : « Allah le Très Haut dit : « S´il mourait, donc, ou s´il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Sourate La Famille Imran Verset 144 », Par Allah nous ne retournerons pas sur nos talons après lui, alors qu’Allah (awj) nous a guidé, par Allah (awj) si le Prophète (paix sur lui et sa famille) mourrait ou s’il était tué, nous combattrons ce sur quoi il a lui-même combattu durant toute sa vie, jusqu’à ce que je meurs à mon tour, Par Allah je suis le frère du messager d’Allah, son successeur, son légataire testamentaire, qui donc prétendrait en avoir plus le droit sur moi ? »
Commentaire : Les rapporteurs du hadith sont les rapporteurs du SAHIH (Bukhari et Muslim)


donc on ne pas dire que l'imam Ali (as) est resté impassable devant l'injustice qu'il a subit et d’ailleurs, il rappelle et demanda aux compagnons à de nombreuses reprises de témoigner de l'évènement de Ghadir Khum lors duquel le Prophète (s) l'avait désigné devant des milliers témoins comme étant son successeurs légitime (s) le maitre de tous les croyants après lui.

Qu'Allah vous garde et vous facilite dans votre démarche
Salam,
D'accord, merci bcp pour tes précisions et rectification.
Je ne savais pas qu'il existait un article, je vais aller le lire.
Bonne journée.
 

Zulfiqar

Membre actif
Membres
Salam,
D'accord, merci bcp pour tes précisions et rectification.
Je ne savais pas qu'il existait un article, je vais aller le lire.
Bonne journée.
Salamu Alaykoum,

en fait l'article ne se trouve pas sur le site d'Al-imane mais sur mon blog : http://lesgensdelademeure.blogspot.com/2017/04/ali-as-limam-le-guide-le-calife-1ere.html
pour moi je considère malheureusement que mes articles ne respectent pas le standard du site Al-Imane, ils ont quelques défauts, notamment ils sont trop long, en raison du fait entre autre que parfois je suis obligé de répéter plusieurs fois le même récit car soit rapporté par différents rapporteurs, où bien il contient un détail en plus par rapport à un autre, ou pour avoir l'authentification du hadith par les différents vérificateurs des livres, il y a aussi la mise en forme, les différentes couleurs que j'utilise qui ne pourraient pas plaire, l’orthographe la formulation des phrases bref ça fait pas mal de défauts.

par contre ces articles ont pour unique objectif de fournir les arguments pour des frères comme toi, qui veulent prouver le bien fondé de la doctrine chiite à nos frères sunnites, car j'étais comme toi, je discutais parfois avec des sunnites sur différents sujets et évidement j'allais sur le net à la recherche d'arguments, j'étais tombé sur le site d'Al-Imane, avec des frères qui sont tranchant en terme d'argumentaire bien que les récits qu'ils citent soient tous exactes, j'avais énormément de mal à retrouver le récit en référence de la source citée.
et pour les autres sites les récits qu'ils rapportent de livre sunnites sont souvent très mal référencés, j'ai eu la mauvaise expérience de faire confiance à un site chiite qui avait cité en guise d'argument un hadith sunnite en indiquant "rapporté par Al-Bukhari dans son Sahih volume xx, page xx, hadith xxxx" et lorsque j'avais moi-même cité ce récit comme arguments à un frère sunnite et lui avait dit qu'il avait été rapporté par Al-Bukhari dans son Sahih, le sunnite m'a évidement demandé les sources, mais après mes recherches j'ai malheureusement constaté que ce récit, bien qu'authentique, n'a jamais été rapporté par Al-Bukhari dans son Sahih, j'étais très déçu , d'avoir été induit en erreur et de s'être fait passer pour un menteur et un ignorant sans parler de la piètre image que j'ai que j'ai donné du chiisme à ce frère sunnite, et des cas comme, il y en a vraiment beaucoup.

c'est pour cette raison que j'ai arrêté de faire confiance aveuglément aux sources cités, même dans les sites chiite, et j'ai eu l'idée de mener mes propres cherchers et surtout de fournir de variables sources fiables à des frères chiites qui voudraient argumenter avec des frères sunnites avec leurs propres sources.

Qu'Allah te garde et bonne recherches.
 

Sasori

Membre
Membre
Salam alékoum,

Après tout ces bons arguments et conseils, j'ajoute que le Sayed Kamal Al Haydari avait répondu à cette question en expliquant la position des différents imams (as) était beaucoup basée sur un contexte historique. C'est pour ça qu'on peut trouver des positions qui semblent opposées.

Je suis plutôt partisan d'intégrer aux versets et hadiths différentes sciences afin d'avoir une vision affinée du sujet. Pour ce cas-ci, je dirais que l'histoire, l'anthropologie et la connaissance de l'évolution de la langue arabe nous aideraient.

Barak Allahou fikoum.
 

Zakaria_Zak

Membre
Membre
Salamu Alaykoum,

en fait l'article ne se trouve pas sur le site d'Al-imane mais sur mon blog : http://lesgensdelademeure.blogspot.com/2017/04/ali-as-limam-le-guide-le-calife-1ere.html
pour moi je considère malheureusement que mes articles ne respectent pas le standard du site Al-Imane, ils ont quelques défauts, notamment ils sont trop long, en raison du fait entre autre que parfois je suis obligé de répéter plusieurs fois le même récit car soit rapporté par différents rapporteurs, où bien il contient un détail en plus par rapport à un autre, ou pour avoir l'authentification du hadith par les différents vérificateurs des livres, il y a aussi la mise en forme, les différentes couleurs que j'utilise qui ne pourraient pas plaire, l’orthographe la formulation des phrases bref ça fait pas mal de défauts.

par contre ces articles ont pour unique objectif de fournir les arguments pour des frères comme toi, qui veulent prouver le bien fondé de la doctrine chiite à nos frères sunnites, car j'étais comme toi, je discutais parfois avec des sunnites sur différents sujets et évidement j'allais sur le net à la recherche d'arguments, j'étais tombé sur le site d'Al-Imane, avec des frères qui sont tranchant en terme d'argumentaire bien que les récits qu'ils citent soient tous exactes, j'avais énormément de mal à retrouver le récit en référence de la source citée.
et pour les autres sites les récits qu'ils rapportent de livre sunnites sont souvent très mal référencés, j'ai eu la mauvaise expérience de faire confiance à un site chiite qui avait cité en guise d'argument un hadith sunnite en indiquant "rapporté par Al-Bukhari dans son Sahih volume xx, page xx, hadith xxxx" et lorsque j'avais moi-même cité ce récit comme arguments à un frère sunnite et lui avait dit qu'il avait été rapporté par Al-Bukhari dans son Sahih, le sunnite m'a évidement demandé les sources, mais après mes recherches j'ai malheureusement constaté que ce récit, bien qu'authentique, n'a jamais été rapporté par Al-Bukhari dans son Sahih, j'étais très déçu , d'avoir été induit en erreur et de s'être fait passer pour un menteur et un ignorant sans parler de la piètre image que j'ai que j'ai donné du chiisme à ce frère sunnite, et des cas comme, il y en a vraiment beaucoup.

c'est pour cette raison que j'ai arrêté de faire confiance aveuglément aux sources cités, même dans les sites chiite, et j'ai eu l'idée de mener mes propres cherchers et surtout de fournir de variables sources fiables à des frères chiites qui voudraient argumenter avec des frères sunnites avec leurs propres sources.

Qu'Allah te garde et bonne recherches.
Merci, oui j'ai repris le titre que tu avais mis et je l'ai entré sur Google, je suis directement tombé dessus.

C'est un très bon article, merci pour ce travail et toutes cette recherche.

Qu'Allah te garde.
 

abou zackarya

Banni
Banni
Salam Alaykoum,

Pour ce qui concerne ce sujet et pour donner des sources non chiite , je vous conseille ce livre (titre ci dessous) . Cependant au vu du travail de falsification mené par les ennemis de l'islam depuis abou bark jusqu'à nos jours, tu ne trouveras de réponses satisfaisante qu'en recoupant les sources de hadits et les sources historiques.



The Succession to Muhammad: A Study of the Early Caliphate
 
Dernière édition par un modérateur:

Zakaria_Zak

Membre
Membre
Salam Alaykoum,

Pour ce qui concerne ce sujet et pour donner des sources non chiite , je vous conseille ce livre (titre ci dessous) . Cependant au vu du travail de falsification mené par les ennemis de l'islam depuis abou bark jusqu'à nos jours, tu ne trouveras de réponses satisfaisante qu'en recoupant les sources de hadits et les sources historiques.



The Succession to Muhammad: A Study of the Early Caliphate
Salam,
Merci beaucoup, je vais essayer de le lire.
Bonne soirée.
 

Zakaria_Zak

Membre
Membre
Salam,
Malheureusement, il n'a pas souhaité répondre au différente question.
Pour lui, le premier calife à été mentionné dans le coran, concernant la grotte.
Et pour le reste aussi.
Voilà voilà...
 
Haut