Trois réalités dont on ne vous parle pas au sujet de l’Afghanistan.

Discussion dans 'Génocide contre les chiites en Afghanistan' créé par Sasori, 18 Janvier 2017.

  1. Sasori

    Sasori Membre actif Administration

    Salam alékoum,

    Extraits : "En d’autres termes, les promesses d’un retrait états-unien d’Afghanistan, qui constituèrent le fondement des promesses des campagnes électorales depuis des années, ont été faites en vain, compte tenu de la mobilisation sans cesse prolongée des troupes US dans le cadre d’un engagement infructueux visant à occuper l’état d’Asie centrale dans les années à venir, à la façon dont les troupes états-uniennes le firent au Viêtnam durant les années 1960-1970.

    De même, les affirmations des commandants et des responsables politiques, selon lesquelles le gouvernement de l’Afghanistan ne cesse d’accroître son indépendance, ne résistent pas aux aveux les plus élémentaires que l’armée US et le gouvernement eux -mêmes concèdent au travers de statistiques et de calendriers de déploiement de troupes états-uniennes.

    Tout comme le gouvernement sud-vietnamien révolu, le gouvernement afghan actuel ne peut se maintenir sans une présence étrangère significative car en dépit de l’immense quantité de ressources monétaires, militaires et politiques dont on l’a doté, il manque de légitimité en Afghanistan où cela importe précisément le plus."

    "Cela signifie que les flottes d’hélicoptères de transport Mil Mi-17, dont les forces afghanes ont fait usage pendant des années, seront remplacées par des Sikorsky UH-60 Black Hawks de fabrication US (propriété du géant de la défense Lockheed Martin).

    Du fait de cette initiative, non seulement les pilotes devront suivre une nouvelle formation pour manier les Black Hawks, mais les pièces de rechange, l’infrastructure aéroportuaire, les chaînes logistiques, la formation du personnel au sol et tous les autres aspects nécessaires au maintien des Black Hawks, devront également être établis et entretenus.

    En substance, les contribuables états-uniens se retrouvent à financer deux fois les ressources nécessaires au transport en hélicoptère, en raison du surcoût drastique des Black Hawks – le programme dans son entier coûtant des centaines de millions de dollars supplémentaires selon Reuters – pour soutenir un appareil militaire afghan qui peine déjà à assurer sa survie."

    "Quoi qu’il en soit, le général Nicholson omet stratégiquement le fait que les USA et certains de leurs plus proches alliés au Moyen-Orient ont également octroyé aux Talibans une certaine légitimité, en cherchant à négocier auprès du groupe et de son allié qatari la possibilité d’ouvrir, à toutes fins pratiques, une ambassade à Doha, capitale du Qatar."

    "En reconnaissant les Talibans comme un mouvement politique légitime, à quoi s’ajoute le financement par les alliés des USA des bureaux talibans dans leurs capitales pour renforcer leur légitimité, ce sont les États-Unis et non la Russie qui ont effectué la plus grande part du travail de sape contre leur propre narrative, si l’on tient compte de la soi-disant « guerre contre le terrorisme » et de tout le postulat par lequel ils justifient leur présence prolongée en Afghanistan.

    Tandis que les USA affirment qu’ils combattent al-Qaïda et l’autoproclamé « État islamique » en Afghanistan, il est clair que le véritable combat qu’ils livrent se fait contre les Talibans et leur mainmise à travers le pays, face au régime mandataire des USA à Kaboul. L’arrangement négocié qu’ils tentent de conclure dans le même temps avec les Talibans, alors que leur campagne militaire contre le mouvement s’étale sur près de deux décennies, constitue à la fois une offre pour sauver le régime mandataire de Kaboul aux abois et un constat quant aux limites de l’influence états-unienne dans la région.

    La couverture médiatique de la présence continue des États-Unis en Afghanistan s’est amenuisée dans médias US et européens, précisément du fait de l’écart considérable entre la narration, censée rendre compte de l’occupation, et la réalité. Au cours de l’année qui va suivre, pour ceux qui suivent attentivement le conflit, les USA continueront à fabriquer des excuses visant à justifier le maintien de leur présence dans le pays, tandis qu’ils s’appliqueront à négocier auprès des Talibans tout en cherchant à amoindrir leur poids politique et militaire.

    En ce qui concerne les Talibans, le temps joue en leur faveur ; et si les déclarations du général Nicholson concernant la protection et les ressources que les Talibans recevraient depuis l’étranger sont fondées, alors aucune négociation ni aucune force militaire ne suffiraient à rendre victorieux Washington ou ses mandataires à Kaboul au cœur même de l’Afghanistan."

    http://lesakerfrancophone.fr/trois-realites-dont-on-ne-vous-parle-pas-au-sujet-de-lafghanistan

    Barak Allahou fikoum.
     

Partager cette page